Mon coup d’oeil, pensées détachées par Belin (partie 2)


moncoupdoeil

Mon coup d’oeil, pensées détachées / Belin. A Paris : chez Robustel, 1769 ; in-12

Comme promis dans un précédent article, voici la suite de quelques pensées de l’auteur :

Pensée 275

Ceux qui se flattent d’avoir beaucoup d’amis, ressemblent à ceux qui se font gloire d’avoir beaucoup d’habits : un seul est capable de les couvrir, les autres ne seroient que les charger.

Pensée 283

Un philosophe fameux de l’antiquité, disoit que l’homme étoit au-dessus des animaux sans raison, parce qu’il a la faculté de compter et de mesurer tout ce qui est dans la nature. Sur ce pied-là l’avare pourroit se vanter d’être au- dessus des hommes mêmes ; car personne ne possède mieux que lui la science du calcul.

Pensée 286

Le flatteur peut être comparé au caméléon, qui a la propriété singulière de changer de couleurs autant de fois qu’il rencontre des objets différents.

Pensée 308

Je ne sais quel auteur a avancé qu’en Allemagne on ne jugeoit aucune affaire importante à jeun et sans avoir bien bu. Cette coutume resserrée dans des bornes honnêtes, autoriseroit le proverbe bachique, in vino veritas.

Pensée 329

Les deux plus grands médecins de la terre, sont le sommeil et la mort.

Pensée 340

Il n’y a point de passion si intéressée que celle de l’amour ; car elle veut tout ou rien ; et cependant il n’y en a point de plus libérale ni de plus généreuse, puisqu’elle sacrifie tout et soi-même, à l’objet véritablement aimé.

Pensée 370

La sobriété est un trésor qui augmente à mesure qu’elle retranche le superflu ; c’est une ressource inconnue à quiconque n’a jamais manqué de nécessaire et c’est celle du véritable philosophe. On lit dans la vie de Diogène, ce philosophe cynique de l’ancienne Grèce, qu’il saisit l’occasion d’en pratiquer une leçon qui lui fut donnée par l’exemple d’un enfant ; car voyant que celui-ci prenoit de l’eau dans la main pour étancher sa soif, il cassa une écuelle de bois dans laquelle il avoit coutume de boire en disant : « je n’en ai pas besoin, puisque cet enfant m’apprend que je peux m’en passer comme lui ».

(Suite et fin des pensées dans un prochain article…)

Léo Mabmacien

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mon coup d’oeil, pensées détachées par Belin (partie 2) »

  1. J’ai choisi les meilleurs passages, tout n’est pas bon mais c’est un livre intéressant…

    Bien cordialement
    Léo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s