La tranchefile dans les livres anciens


 

tranchefile5

Évoquons aujourd’hui à l’aide de belles images la tranchefile, bourrelet entouré de fils situé aux deux extrémités du dos d’un livre relié (tête et queue). Elle permettait le maintien  des cahiers avec les plats (ais de bois puis cartons). Avec l’usage de la peau pour la reliure « la tranchefile joua un rôle encore plus important : maintenir la peau au même niveau que les ais de bois, et plus tard que les cartons » (Source : la Reliure par Roger Devauchelle).

La tranchefile dont l’origine remonte au début de la reliure,  était à l’origine réalisée avec des bouts de cuir, de la ficelle et « dès la fin du 16e sur des bâtonnets faits de papier roulé ». Le fil était en lin, en soie et on distingue les tranchefiles simples (un seul bâtonnet) des tranchefiles « doubles » ou « à chapiteau » c’est à dire composés de deux bâtonnets.

Au 19e siècle apparu la tranchefile « plate » faite sur des bandelettes de carton puis vint le temps de la « comète », reliure mécanique et industrielle (en 1840 en même temps que s’amenuise les reliures pleines peau). La comète est réalisée alors à part et elle est juste collée sur le dos des volumes.

La comète n’est plus aujourd’hui qu’un ornement et une pâle imitation de l’ancienne tranchefile (comme on peut le voir sur la dernière image).

 

tranchefile4

 

tranchefile2

HPIM4388

fin 19e siècle
fin 19e siècle
Comète (ornemental)
Comète (ornemental)

 

 

Sources utilisées :

Article du TLF (Trésor de la langue française informatisé).

La reliure / Roger Devauchelle. Editions Filigranes.

Léo Mabmacien

Publicités

7 réflexions au sujet de « La tranchefile dans les livres anciens »

  1. Autrement dit,
    ce qui était dans les anciens temps à la fois utile et beau, devient, dans notre temps, inutile et moche…

    J’aime bien cette idée. Même si elle est démoralisante à souhait…

    Et ce n’est, hélas, pas uniquement valable pour le monde des livres…

    B.

  2. D’accord avec vous Bertrand. Mais il faut être optimiste :-)) : la tranchefile (comète) n’a plus d’utilité : pourquoi donc s’en servir encore maintenant ? Autant la laisser aux livres anciens (ou aux relieurs, relieuses). Malheureusement beaucoup d’ éditeurs singent le « style ancien » et réalisent une pâle copie : plutôt l’original donc ;-))

    Bien cordialement
    Léo

  3. En voyant ces tranchefiles et la coiffe d’un des livres qui est déchirée, je me demandais comment vous preniez la décision de pratiquer des restaurations sur vos ouvrages anciens de bibliothèque et qui assurait ce travail. (organisme d’état, relieur indépendant ?) Pierre

  4. Bonjour Pierre,

    Ce sont uniquement des livres de ma propre bibliothèque qui sont présentés sur BiblioMab. Pour les documents en bibliothèque, si il s’agit de grosses restaurations, les livres peuvent être envoyés à la BNF. Mais ce n’est pas gratuit..
    Coût :
    taux horaire en vigueur : 40,20 euros HT
    (main d’œuvre et fournitures comprises ;
    les fournitures utilisées en très grande quantité
    et très onéreuses sont facturées en sus).

    plus d’infos ici (rubrique conservation) :
    http://www.bnf.fr/pages/zNavigat/frame/infopro.htm

    Certaines bibliothèques possèdent un atelier de reliure comme celui de la Bibliothèque municipale de Lyon.
    Là où je travaille nous n’avons qu’un tout petit fonds ancien qui est simplement conservé en l’état. Il va être dépoussiéré bientôt.

    Bien cordialement
    Léo

  5. Bonjour,

    En dehors de la B.N.F. il y a bien sur des relieurs indépendants (de moins en moins…) qui pratiquent des prix bien en deçà de 40,20 euros de l’heure !

    Étant moi même relieur et spécialiste de la tranchefile, je me devais de répondre.

    Toute restauration doit au départ faire l’objet d’un devis sauf pour des petites réparations localisées (un coin ou une coiffe abimé, une page déchirée etc…)
    Le prix de la tranchefile (ou du tranchefile) se calcule en fonction du style (pékiné, chapiteau, à l’anglaise…) et de la taille puisqu’elle est facturée au centimètre !

    Cordialement,

    Manon.

  6. Merci. Je n’avais pas vu cet article ni le commentaire de Manon, spécialiste de la tranchefile. il faut en effet être très habile de ses doitgs.
    Bien à vous.
    Sandrine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s