Avons-nous à nous féliciter de l’extrême abondance des livres ?


Bonjour,

En ces temps de rentrée littéraire (le marronnier du moment !) je voudrais juste vous livrer ce passage extrait du Manuel du bibliophile ou Traité du choix des livres. Ecrit par Gabriel Peignot, bibliothécaire et bibliographe célèbre du 19e siècle, ce manuel se veut une aide dans la constitution d’une bibliothèque idéale. Cet ouvrage paru en 1823 vous donnera peut-être quelques idées d’acquisitions pour cette rentrée livres anciens ! Déjà à l’époque Gabriel Peignot s’inquiète de l’explosion des publications et il nous rapporte le passage suivant, écrit sur une « feuille publique » (page L, discours préliminaire) :


Manuel du bibliophile ou Traité du choix des livres, Tome 1 par Gabriel Peignot. Dijon : Victor Lagier, 1823

De l’influence du mauvais livre sur la belle jeunesse de l’époque ! Gabriel Peignot pointe le problème de l’abondance des parutions en ce début 19e et regrette « la mesure que les amis de l’ordre, de la paix , des mœurs et de la religion auroient désiré ». Pour lui c’est le choix du « bon livre » qui est important et qui nécessite de bonnes connaissances. Sinon c’est la « catastrophe » :


Pour éviter tout écueil il vous est donc recommandé (bien sûr) d’acheter cet ouvrage qui propose notamment dans le volume 2 un choix d’auteurs « bien sélectionnés ». Comme toutes les sélections celle-ci est orientée comme on a pu le lire précédemment. L’amateur ou l’amatrice pourra se composer une bibliothèque choisie et profiter des conseils pour bien « établir » sa bibliothèque.

A noter : on trouve régulièrement dans le commerce ce genre de manuel : « La bibliothèque idéale » (préface de Bernard Pivot) , « La très grande bibliothèque », « 100 livres clés de la littérature moderne » etc.. etc.. . Les bibliothécaires n’y échappent pas avec « Le manuel de bibliographie générale » ou encore « Ouvrages de référence pour les bibliothèques publiques » (aux éditions du Cercle de la Librairie).

Léo Mabmacien

Publicités

2 réflexions au sujet de « Avons-nous à nous féliciter de l’extrême abondance des livres ? »

  1. Certains ont été jusqu’à des titres péremptoires, tel l’abbé Louis Bethleem avec son « Romans à lire et romans à proscrire », ed revue des lectures de 1928.

    Alors là oui ! je confirme, il y a abondance de ce livre. Malgré tout, il reflète bien son époque et il est délicieusement suranné. Pierre

  2. Tout à fait d’accord avec vous pour Gabriel Peignot Pierre. Merci pour l’abbé que je ne connaissais pas. Je parlerais un de ces quatre de la censure et de l’index librorum prohibitorum !

    Cordialement
    Léo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s