Graduel à l’usage de la province de Vienne


Graduel à l’usage de la province de Vienne. Nouvelle édition augmentée et soigneusement corrigée. A Grenoble, chez Baratier frères, 1823. 1 vol. ( 526-CCXXIIJ-10- [3] p. ).

Je voudrais vous présenter aujourd’hui ce lourd in-folio du 19e siècle publié à Grenoble en 1823 par les frères Baratier à l’usage de l’Eglise Catholique. Plus précisément pour la province de Vienne en Isère.

Le graduel est un recueil de chants grégoriens chantés à la messe par le chantre et la schola cantorum (le choeur). Les textes sont en latin, les chants sont en notation grégorienne. Ce livre liturgique est imprimé sur du papier vergé (à l’ancienne donc) et comporte des coins en métal avec boulons et un fermoir en métal (en partie manquant). Le dos est fortement abîmé surtout en bas. L’ouvrage est cependant complet et comporte à la fin 3 pages manuscrites de portées intitulées « Prose pour la fête de St Prix, patron titulaire ». Il ne comporte aucun ex-libris ou marque d’appartenance.

graduel reliure

Son usage était donc public (graduel d’autel) et il devait être posé sur un lutrin dans le choeur d’une église. Les protections en métal permettent d’éviter les frottements sur la reliure et la taille des caractères une lecture facile à distance.

pages graduel

Voici les trois pages manuscrites pour la fête de Saint Prix ou Prict, évêque de Clermont. Elle a lieu le 25 janvier. A noter : ce graduel comportait d’autres pages vierges à la fin pour rajouter au besoin d’autres chants manuscrits. Sur cet exemplaire les autres pages ont été découpées.

graduel portee

graduel portee 2

Il est mentionné sur la page de titre que celui-ci fait l’objet d’une nouvelle édition. A ma connaissance il n’y a pas eu de précédentes éditions. Un Abrégé de ce graduel a bien été publié avant 1823 par les frères Baratier mais cela ne correspond pas. Le texte suivant précise bien l’année d’édition du Graduel pour 1823. Vous pouvez aussi constater que les frères Baratier impriment et éditent principalement des ouvrages religieux, sur le Dauphiné et différentes plaquettes de commande.

Ils ont commencé à éditer au début du 19e siècle et on les retrouve encore au début du 20e. Ils sont associés un temps à Etienne Dardelet (1824-1876), graveur et époux de la  fille d’Adolphe Baratier.

Le graduel quant à lui s’est vu intégré progressivement dans le missel, regroupant alors toutes les informations pour mener une messe.

Pour aller plus loin

Les livres de la messe et notamment la partie sur les chants de la messe (proposé sur l’excellent site de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes).

Léo Mabmacien

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s