Manuel du bibliothécaire (le parfait bibliothécaire !)


Bonjour,

Ce petit extrait du Manuel du libraire, du bibliothécaire, et de l’homme de lettres publié en 1829 vous fera peut-être sourire. Cependant il reflète une fonction aujourd’hui essentielle au métier de bibliothécaire : l’accueil du public ou plutôt des publics. Au 19e siècle le bibliothécaire se doit de posséder une solide culture générale, parler plusieurs langues, établir un catalogue et un classement optimal. La connaissance de l’imprimerie, de l’histoire du livre est la base du métier.

Pour aider le jeune bibliothécaire, l’amateur éclairé (bibliographe, collectionneur) ou le libraire, des manuels apparaissent au début du 19e siècle au moment où se développent les bibliothèques publiques.

Voici l’un d’eux :

Manuel du bibliothécaire, accompagné de notes critiques historiques et littéraires / par M. P. Namur,… Bruxelles : Chez J. B. Tircher, 1834. Il est disponible sur Google Books en version numérisée.

Son auteur, Jean Pie Namur a travaillé à la bibliothèque de l’Université de Louvain (Belgique). Bibliographe, plagiaire (comparez le texte ci-dessus et le texte plus loin sur les services aux lecteurs par exemple) et conservateur, il nous offre un manuel fort intéressant. En voici quelques extraits.

Des connaissances à avoir

Le bibliothécaire est définit  comme la « personne chargée de la classification, du soin, de la conservation et du service d’une bibliothèque ». Il doit posséder une solide culture :

Il s’agit de maîtriser le latin et le grec, de parler l’allemand, l’italien, l’anglais et le français. Connaître la géographie et l’histoire est très utile et ce n’est pas tout. En gros :  » La bibliographie étant la plus vaste et la plus universelle de toutes les connaissances humaines tout paraît devoir être du ressort du bibliographe ». La part belle est faite aussi à l’imprimerie, à l’édition, à tous les aspects du livre (pas de multimédia à l’époque !). Il s’agit de décrire avec précision les documents de la bibliothèque pour établir le catalogue.

Neutralité et services aux lecteurs

Cet extrait peut être comparé avec le code de déontologie du bibliothécaire (en France)


Savoir conserver les livres

Outre le feu, l’eau, les animaux il faut aussi veiller au prêt des livres dans et hors de la bibliothèque :

De l’importance du classement

Le classement s’effectuera par formats et les rayonnages seront donc conçus en conséquence : les in-folio tout en bas puis au dessus les in-4, les autres formats sur les rayons supérieurs. Un classement par ordre alphabétique d’auteur et systématique (par sujets) est préconisé.

Voici les principales divisions proposées qui sont elles même subdivisées.

L’explication du classement en note :

La quête du catalogue

Il s’agit pour le bibliothécaire d’établir un catalogue papier sur des feuilles mobiles (reliure mobile ancêtre des fiches cartonnées – il faudra que j’en cause un jour-) avec plusieurs accès (c’est à dire plusieurs possibilités de recherche). Notre auteur nous conseille deux catalogues : un catalogue alphabétique avec un accès par ordre alphabétique de titre et un catalogue  systématique (par sujets).

« Faire bonne impression »

Au chapitre sur l’imprimerie l’auteur présente la conception de livres, les principaux éditeurs, les marques d’imprimeurs, les formats, la restauration des livres (on apprend ainsi que l’art de restaurer les livres endommagés s’apelle la Bibliuguinancie !) :

La dernière partie de l’ouvrage est une bibliographie d’ouvrages utiles au bibliothécaire.

Petite comparaison avec aujourd’hui : Manuel du bibliothécaire vs Le Métier de bibliothécaire !

Aujourd’hui tout bibliothécaire du 21e siècle se doit de posséder son « métier de bibliothécaire » :

Le métier de bibliothécaire / Association des Bibliothécaires français. Paris : Editions du Cercle de la Librairie, 2007

Sans rentrer dans le détail il se compose d’une partie sur l’histoire du livre et des bibliothèques, d’une autre sur les documents, les collections (achats, environnement juridique et économique, patrimoine, organisation d’une collection et accès pour les usagers), les recherches documentaires. Une autre partie concerne les services au public (accueil, gestion de la bibliothèque, les marchés publics…).

On retrouve bien le catalogage, les achats, le catalogue, les services au public. La base du métier est toujours présente ;-)

Pour finir voici une définition actuelle concernant le métier de bibliothécaire :

 » Etre bibliothécaire aujourd’hui, c’est d’avoir la capacité de rendre accessibles une collection et des ressources correspondant aux demandes du public auquel s’adresse la bibliothèque » (page 63)

Léo Mabmacien

Advertisements

4 réflexions au sujet de « Manuel du bibliothécaire (le parfait bibliothécaire !) »

  1. En fait, pour être bibliothécaire, il n’est pas nécessaire d’être un homme ; il faut être un surhomme !

    Magnifique article. Pierre

  2. @ Pierre : en tout cas un sacré bagage ! j’ai un autre article en attente sur le métier de libraire, il devrait vous plaire ;-))

    @ Xavier : bien vu c’est un excellent article sur le jargon des bibliothécaires… l’occasion de prochains articles aussi !

    Léo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s