Livre de prix et ex-praemio


superlibriscollegeroyaldelyon
Plat aux armes du Collège royal de Lyon

A la vue de ce super libris du Collége (sic) Royal de Lyon (actuel lycée et collège Ampère) sur un ouvrage du début du 19e siècle, on peut aisément tomber dans le piège de l’appartenance. Et se dire que ce livre sort de la bibliothèque de ce fameux collège : il faut dire que le noyau des collections de la Bibliothèque municipale de Lyon provient du collège de la Trinité (futur Collège Royal !), tenu alors par les jésuites.

On commence à être plus réservé quand on trouve en contreplat deux étiquettes de prix attribuées à l’élève Francisque Blanc pour un 1er prix de dissertation latine et un prix (non complété) en classe d’histoire naturelle ! En fait il s’agit d’un livre de prix offert en fin d’année scolaire aux élèves méritants. Cette habitude remonterait à la fin du 16e siècle. Pour le 17e siècle ces livres de prix présentent une reliure avec les armes des donateurs (nommés agonothètes). De généreux donateurs sollicités par les Jésuites ou d’autres religieux offraient ainsi ces livres de prix. La reliure comporte alors une riche décoration, pratique qui s’amenuisera au 18e pour ne comporter que des armes, des chiffres, voire une simple reliure. Outre la reliure le livre de prix se caractérise par l’ex-praemio (exemple ci-dessous), feuille manuscrite ou imprimée (à partir de la fin du 17e) placée en tête de l’ouvrage et mentionnant le nom du collège, le nom et les titres du donateur, la discipline, le nom et la classe de l’élève suivi de la signature du principal ou du responsable des études.

La distribution des prix est l’occasion de séances solennelles. Les livres distribués concernent principalement les auteurs de l’Antiquité ou comme pour la Compagnie de Jésus ses propres publications.

Au 19e siècle, cette habitude se poursuit et est encore vivace dans les années 60 en France. Des éditeurs se spécialisent dans cette production caractérisée par une reliure « tapageuse » (Barbou à Limoges, Lefort à Lille…) et des thèmes moralisateurs et édifiants. Pour information le livre qui vous est présenté est une édition en 2 volumes de l’Histoire naturelle des quadrupèdes de Buffon, un beau cadeau donc ! A partir de 1880 les livres de prix sont caractérisés par des cartonnages rouge et or, pratique qui perdure dans les années 50 avec un éditeur comme Delagrave.

ex-praemio pour l'élève Blanc
ex-praemio pour l’élève Blanc

Source utilisée :

Dictionnaire encyclopédique du livre. Tome 2, E-M. Paris : Editions du Cercle de la Librairie, 2005. ISBN 2-7654-0910-2

Un discours de distribution des prix au 19e siècle :

[Discours de] Distribution des prix. Extrait du journal de Caen et de la Normandie. N° 38, Jeudi 14 Aout 1828.- Caen : de l’Imprimerie de A. Le Roy rue Froide, [1828].- 8 p. ; 19,5 cm.

Léo Mabmacien

Publicités

5 réflexions au sujet de « Livre de prix et ex-praemio »

  1. Signe des temps, au début des années soixante-dix une mairie communiste de la banlieue distribuait en prix un livre sur la résistance imprimé sur les presses des éditions de la Farandole, partie du groupe éditorial du P.C.F.
    Lauverjat

  2. Mes livres de prix (que j’ai conservé) me rappellent cette fête du sport, très à la mode dans les années 60-70 : Le lendit.

    La manifestation avait un côté très stalinien. C’était la fête de la jeunesse ; tous les enfants réunis en tenue sportive blanche, short blanc ou bleu.

    Ce n’est que maintenant que je réalise que nous étions le jouet d’une propagande anticléricale ridicule où la saine jeunesse des scouts catholiques était dépassée par la saine jeunesse des amicales laïques.

    Comment ai-je fait pour me retrouver dans les deux ? Pierre

  3. Pour ma part, j’ai rencontré une fois dans ma vie un collectionneur d’accessits (les étiquettes attribuant les prix collés aux contre-plats). Je ne pense pas qu’ils soient bien nombreux à faire cette drôle de collection.

  4. J’espère qu’il ne les décollait pas des livres :-))… Mais il doit y en avoir quelques uns, comme les collectionneurs d’étiquettes de libraires ou d’ex-libris… Mais pourquoi se limiter ?

    Bien cordialement

    Léo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s