La relieuse du gué


La relieuse du gué : roman/ Anne Delaflotte Mehdevi. Larbey : Gaïa ed., 2008. ISBN 978-2-84720-122-2. 19 €

Un roman parlant de reliure, écrit par une relieuse, ce n’est pas courant. D’origine bourguignonne, installée à Prague, Anne Delaflotte Mehdevi publie ici son premier roman. La 4e de couv de l’éditeur est très parlante :

« Un lundi matin venteux, très tôt, dans un village de Dordogne. Dans son atelier encore fermé, une relieuse se prépare avec délectation à travailler sur les livres qu’on lui a confiés, lorsqu’on frappe à sa porte avec insistance. Un mystérieux visiteur lui confie un livre ancien pour restauration. Pressé, mal en point, l’homme s’engouffre de nouveau sous la pluie qui bat les pavés. Un visiteur d’une beauté renversante. La relieuse s’attelle avec d’autant plus d’ardeur et de curiosité à ce nouveau travail : un livre ancien, relié à l’allemande, constitué de dessins représentant un fanum, antique lieu de culte gallo-romain, et dissimulant une liste de noms derrière une odeur de brûlé : en un mot, une rareté. »

J’avoue ne pas l’avoir lu (ouh), comme cela vous me direz vos impressions sur cet ouvrage. Par contre j’ai lu et écouté l’émission diffusée sur Radio Prague qui lui est consacrée. Le titre m’a tout de suite plu : « Un bon relieur ne lit pas »… ce qui m’a fait penser au bibliothécaire de Musil dans L’homme sans qualités.

L’émission de radio

La critique du livre par Bibliosurf

L’interview par Bibliosurf

Léo Mabmacien

Publicités

4 réflexions au sujet de « La relieuse du gué »

  1. Je sais à qui je vais offrir ce livre. Merci pour l’info, Leo!

    Je ne sais pas si les relieurs lisent ou pas , mais quand j’ai confié à ma relieuse (pardon, ma restauratrice de livres anciens) un ouvrage avec 178 gravures de Virgil Solis. Elle m’a dit : c’était bien agréable comme travail, cela me donnait le temps d’admirer les gravures !!

    Textor

  2. Les relieurs ne lisent pas, les bibliophiles ne lisent pas… Mais alors qui lit les livres ?

    Je crois que cela veut simplement dire que les relieurs et les bibliophiles même s’ils lisent plus que la moyenne des gens, ne passent pas leur temps à ça… Ils travaillent, ils vaquent, ils flânent, ils s’occupent de leur famille aussi.

    Les relieurs, les bibliophiles, dont on dit qu’ils lisent, n’ont ni vie vie sociale, ni vie familiale. Il se peut que je me trompe, quand même ;-)) Pierre

  3. Les relieurs lisent en dehors du « temps de travail », même chose pour les bibliothécaires… Les libraires aussi lisent chez eux…(en sautant des pages ?)…. Les bibliophiles lisent mais ne lisent pas tout ce qu’ils achètent, ils se gardent quelques douceurs pour des jours futurs ;-))…. Les personnes qui ont une bibliothèque importante, bien souvent, n’ont pas lu 1/4 voire la moitié de leurs livres…. (c’est mon cas)… Il faut dire qu’un ouvrage en latin du 17e est plutôt ardu pour moi ;-)))

    « Les relieurs, les bibliophiles, dont on dit qu’ils lisent, n’ont ni vie vie sociale, ni vie familiale » : je n’en sais rien Pierre… Je pense qu’ils ont une vie sociale comme tout le monde, qu’ils doivent négliger de temps en temps leurs bibliothèques… pour mieux la retrouver ensuite…

    Bonne journée
    Léo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s