Worldcat identities


Beaucoup de monde connaît déjà le catalogue collectif Worldcat permettant de localiser des documents de plus de 71 000 bibliothèques de part le monde (surtout aux Etats-Unis). Mais connaissez-vous la fonctionnalité « identities » de Worldcat ?

Disponible en version beta pour le moment (depuis 2007 quand même) la page « Worldcat identities » permet d’effectuer des recherches par auteurs (personnes physiques ou collectivités) et de proposer en résultat sur une même page des informations biographiques (succinctes), les variantes de noms (autres formes notamment dans d’autres langues), le total des publications de l’auteur et sur l’auteur (en privilégiant les plus importantes) sous forme de liste et sous forme de graphique (publications dans le temps), les sujets et auteurs « associés » à l’auteur (co-auteurs, collaborateurs, traducteurs, éditeurs…).

Lançons-nous dans la recherche avec « François Rabelais ».

cliquez pour agrandir (en rouge les éléments importants)

La base Worldcat nous propose (dans Overview) « 3,380 works in 8,398 publications in 44 languages and 111,528 library holdings ». Un graphique donne une vision des publications de et sur l’auteur depuis les premières publications (depuis 1530 à 2010). A droite (flèche rouge) les différentes éditions selon les langues. Dans la 2e capture d’écran (ci-dessous) on trouve les oeuvres principales de Rabelais (flèche rouge), les « related identities » (auteurs associés) et les sujets « associés » à l’auteur. Quelques résultats d’auteurs : Gustave Doré, Abel Lefranc, Jacob Le Duchat…

En fait le principe est simple : il s’agit d’une « extraction » un peu particulière de la base avec un affichage « cumulatif » qui est une bonne idée mais qui pose des problèmes en cas de doublons, triplons dans les auteurs qui ont des formes différentes (essayez Charles de Gaulle par exemple).

http://www.worldcat.org/identities/

Léo Mabmacien

Advertisements

13 réflexions au sujet de « Worldcat identities »

  1. Bonjour Léo, que voici un outil intéressant et qui permet de voir si l’ouvrage existe dans la bibliothéque prés de chez moi… en principe.
    Il faut avoir les références complétes ou habiter aux E.U.
    Et, où l’on voit aussi la multiplicité des sources… une bonne méthodologie s’impose.
    Je ne connaissais ni l’un ni l’autre.
    D’un seul coup d’un seul, on réalise l’ampleur du phénoméne Livre à travers le temps.
    Un peu comme avec la distorsion temps géologique/temps humain.
    merci bien.
    Bien à vous
    Sandrine

  2. Je suis bien contente de savoir que je me trouve à quelques 3560 kms et des bananes du livre recherché et que je ne peux pas être localisée dans le serveur… Trôo, 300 âmes et pas de bibliothèque… :-))
    Non, mais, c’est très bien, c’est une blague.

  3. Mais j’ai quand même trouvé pleins d’infos sur le Barzaz Breiz… Même si c’est un peu loin de chez moi, l’Ontario… J’en retire qu’il y a plusieurs personnes à avoir écrit des théses sur cette littérature populaire; à différentes époques… Si vous voulez savoir… Vous faites comme moi, vous cherchez!

  4. Effectivement on trouve beaucoup de références aux USA mais les bibliothèques universitaires et la BNF sont bien présentes.
    Bien à vous
    Léo

  5. Oui c’est vrai . c’est un outil extraordinaire que je garde dans les favoris .
    Mais ce qui serait mieux, c’est que les bibliothéques non inscrites s’inscrivent…
    J’imagine que c’est une charge de travail supplémentaire?
    Je n’ai pas été au bout de la compréhension de ce réseau.
    Par exemple, peut on à partir du moment ou un livre est repéré, le consulter en ligne?
    Et aussi, pourquoi n’y a t il pas plus de bibliothéques référencées? Cela vient-il du conservateur ou responsable des fonds… qui n’a pas eu le temps ou bien pris conscience?
    Je sais, cela fait franchouillarde à l’heure de l’Europe et de la mondialisation. mais bon.
    Il y a par exemple à Vendôme, un fond ancien extraordinaire. http://www.bcpv.eu/opacwebaloes/index.aspx?IdPage=49

    Du coup les statistiques donnent surement une idée, quand même juste, vu le nombre de réferences, mais ou manquent tous les petits fonds encore mal connus.
    Connait-on un peu plus aujourd’hui qu’en 95 http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1995-05-0042-003
    de choses?

    Bien à vous
    Sandrine

  6. On peut pousser la recherche jusqu’à une possible consultation en ligne… quand les droits ne sont limités, le serveur propose de trouver la plus proche bibliothèque.

  7. Vaste question. Les bibliothèques pour être dans Worldcat doivent payer… Pour la France nous avons le CCfr (catalogue collectif de France) qui regroupe la BNF, les bibs universitaires, les fonds anciens des bibliothèques municipales (classées et quelques autres…) et certaines bibliothèques plus spécialisées. On commence à avoir des catalogues entiers : actuellement la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges et les bibliothèques de Dijon et de Rennes. Il manque encore de grosses bibliothèques dans le ccfr comme Lyon, Marseille, Reims…. C’est un outil de localisation principalement tout comme Worldcat…

    Outre la question financière les problèmes sont surtout techniques, entre la base du ccfr et le catalogue local… Cela viendra un jour…

    http://www.ccfr.bnf.fr/

    Léo

  8. Bonjour Léo et merci de votre réponse.
    On comprend pourquoi alors il n’y a pas les plus petites bibliothèques… les sous et peut être les compétences techniques et le temps à passer… Un travail de fourmis.Pour Lyon, le fait qu’il ait, je crois, un accord notre moteur de recherche préféré… change-t-il la donne?
    Le coté philanthropique…. Hum!

    On voit bien la problématique sur ce sujet passionnant du référencement et de l’inventaire.

    Bonne journée:-)
    bien à vous
    Sandrine.

  9. Bonjour Sandrine,

    La BM de Lyon a signé pour une numérisation de ses livres anciens avec Google. Worldcat et le CCfr ne proposent eux que des références de documents et leur localisation.
    Bonne journée à vous
    Léo

  10. oui oui je vois bien la différence.Merci
    trés beau livre l’article suivant mais trés cher.
    Je n’ai tjs pas reçu les éphemeres et le vendeur en question ne donne pas de signes de vie… Quelle deception, ces achats en ligne qui doivent vous faire soi-disant ganer du temps…%-(((( !!!!
    bien à vous
    Sandrine.

  11. OCLC Europe du Sud en la personne de Mme Furet a souhaité apporter des précisions (utiles) à Worldcat Identities et à Worldcat. Les voici :

    Cher Monsieur,

    Suite à votre article sur WorldCat identities, nous souhaitons ajouter des précisions.

    D’abord, il y a deux versions de WorldCat Identities, la version incorporée à WorldCat.org, accessible par le lien « Aller à » de l’auteur principal et la version Recherche qui est un Web Service.

    WorldCat identities crée à la volée une page pour chaque nom de personne dans WorldCat.

    WorldCat Identities offre la représentation graphique de l’histoire des publications de l’auteur et sur l’auteur de son vivant et après sa mort, donnant accès à la liste des œuvres correspondantes sur simple clic par tranche ou par année de publication. On trouve aussi la liste des langues dans lesquelles ses œuvres ont été traduites, le public visé, les couvertures célèbres.

    Les co-auteurs et auteurs en liaison sont également présentés.

    Le WorldCat Identities a été le premier service où OCLC a mis en œuvre le FRBR au niveau de l’expression en utilisant les autorités de la Bibliothèque du Congrès et le VIAF (Virtual International Authority File).

    La traduction en Français du WorldCat identities est en cours.

    La fusion et la division d’identités font partie des traitements prévus par l’équipe de suivi du service.

    La visibilité des bibliothèques Françaises dans WorldCat se fait sur abonnement et par versement des notices dans le catalogue mondial.

    Les bibliothèques universitaires françaises, la Bibliothèque Nationale de France et la Bibliothèque Municipale de Lyon sont dans WorldCat.

    D’autres bibliothèques publiques sont sur le point de verser leur notices et de se rendre visibles sur le Web.

    A propos de WorldCat.org, je voudrais ajouter que c’est un catalogue mondial multilingues et multimédia.

    Aujourd’hui plus de 53% des notices de WorldCat sont en d’autres langues que l’Anglais. 171 pays sont représentés dans WorldCat.

    WorldCat gère non seulement des documents imprimés mais aussi des documents sonores, visuels, des ressources électroniques et des documents numérisés, accessibles en 1 seul clic, à partir de la liste de résultats.

    Cordialement.

  12. Voilà qui est clair et qui compléte bien votre article, tout aussi clair, Léo;
    merci bien;
    Quel tristesse ce vol; On se demande comment c’est possible; la vente en ligne, surement à surveiller dans les prochaines semaines?
    Sandrine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s