En bref : catalogage et signalement des collections patrimoniales en France, encore du travail !


Bonjour,

Voici quelques extraits du rapport d’Hélène Richard (Inspection générale des Bibliothèques) sur « La Formation aux questions patrimoniales dans les bibliothèques » (Rapport n° 2010-016, septembre 2010 disponible en ligne) :

« Le pourcentage de documents traités est impossible à donner avec une certaine exactitude. Si nous pouvons considérer que la situation est beaucoup plus favorable à la Bibliothèque nationale de France, les résultats restent alarmants pour l’ensemble des collections. A la suite de l’enquête qui a précédé le lancement du PAPE (Plan d’action pour le patrimoine écrit), le ministère de la Culture estime que près du tiers des livres et brochures imprimés n’est pas catalogué. Ce pourcentage n’est pas aussi élevé, semble-t-il, dans les établissements relevant du ministère de l’Enseignement
Supérieur (95% de ces documents seraient traités). Pour les manuscrits, les chiffres des ministères de la Culture et de l’Enseignement supérieur concordent, avec 40 à 50% de manuscrits à cataloguer. Mais le nombre de non-réponses relativise la valeur de ces chiffres.
Pour les documents graphiques, l’enquête du ministère de la Culture fait état de 58% de documents catalogués, mais moins de la moitié des régions ont été en mesure de fournir des éléments de volumétrie. L’enquête du ministère de l’Enseignement supérieur donne un taux de catalogage pour ces documents qui va de 45% (cartes) à moins de 40% (photographies, estampes), et seulement 5% pour les cartes postales.

Le nombre de monnaies et médailles traitées est encore plus faible. Si les trois régions qui seules ont pu apporter des éléments chiffrés pour l’enquête préalable au PAPE, signalent que la moitié de leurs documents sont catalogués, on peut en déduire que ce sont sans doute les seuls documents traités… Par ailleurs, comme pour les documents iconographiques, il n’existe pas de catalogue collectif aisément utilisable pour les bibliothèques et les descriptions sont dispersées, empêchant d’avoir une vision d’ensemble dans l’établissement et encore plus entre les établissements. »

De quoi relativiser et se dire que les bibliothécaires ont encore du travail à faire et que des découvertes sont à venir !

Le rapport en ligne

Léo Mabmacien

Publicités

6 réflexions au sujet de « En bref : catalogage et signalement des collections patrimoniales en France, encore du travail ! »

  1. Copie d’un commentaire récent (dont je ne suis pas l’auteur) sur le blog du bibliophile :

    « Un fragment du Codex Alanticus de Léonard De Vinci a été découvert en fin d’année dernière par un journaliste dans les archives de la Médiathèque de Nantes. Après lecture d’une biographie du maitre écrite par Serge Bramly (Editions Lattès), ce journaliste avait découvert qu’un des écrits de Leonardo se trouvait à Nantes. Il s’est précipité à la bibliothèque de Nantes et l’a rapidement déniché. Ce fragment de manuscrit avait été donné à la ville de Nantes par Pierre-Antoine Labouchère en 1873. Et complètement oublié depuis… Ce fond Labouchère contient près de 5.000 documents. Ce collectionneur a réuni des manuscrits allant du XVème au XIXème siècle dans les domaines culturels, scientifiques et politiques… En 2007, ce même journaliste avait découvert une partition inédite (et authentifiée depuis) de Mozart. La municipalité nantais envisage (enfin !) d’étudier de près cette donation Labouchère. »

    Comme quoi effectivement, il reste à faire… Et que ces extraits du rapport donnent le vertige…
    Olivier

  2. Quel travail de fourmis…
    Je suis passionnée par l’histoire du livre et ma formation initiale plutôt sur le terrain, m’a fait me confronter à des personnes de tous niveaux. Pourtant le regard des uns est assez méprisant sur le travail des autres, et inversement. La lourdeur administrative couplée aux réductions de budget, de temps de formation ne peuvent conduire qu’à des approximations. Pourtant la meilleure volonté du monde à vouloir structurer existe.

    L’interdisciplinarité avec une formation juste pour Le Patrimoine Ecrit.

    J’aimerai bien travailler en collaboration avec des bibliothèques, ne serait-ce que pour recenser, inventorier mais quand je vois les barrières d’examens, de concours etc…etc… je laisse tomber. Les petits pouvoirs en place…
    Ne pourrait-il pas y avoir des passerelles un peu plus concrètes entre les différents acteurs du livre?
    Le concret,, c’est ça, le concret.
    Même si je reconnais qu’un travail de formation et de prise de conscience de la notion de « patrimoine » est nécéssaire… Les politiques ont en ce moment d’autres chats élèctoraux à fouetter. Pendant que les tonnes d’archives attendent d’être triées. Que tout le monde se rassurent… Le papier aura fondu avant que les choses n’arrivent;
    Ce n’est que mon point de vue, reconnaissant le travail déjà fourni lorsque je peux m’amuser à aller d’une bibliothèque numèrique à une autre, ou d’un site à l’autre et emerciant de façon anonyme leur travail.
    Bien à vous, Léo;
    Sandrine.

  3. 30 000 documents iconographiques dans mon fonds, qui attendent depuis 2 ans quelqu’un pour s’en occuper… mais c’est loin d’être une priorité budgétaire…

  4. Ah oui, j’avais oubliè de mentionner ça aussi, En tant qu’artisan, même depuis 8 ans, je suis trop chère pour les bibliothèques qui n’ont pas de budget pour remplacer certains qui sont malades chroniques… La mairie prenant le relais en cas de poste non contractuel, de toute façon… Pas de budget non plus… Donc, pas de budget pour trier, pas de budget pour restaurer ou conserver, pas de budget pour des nouveaus postes, reduction des temps de formation à 6 mois;
    d’un autre coté, des parutions toujours plus nombreuses et des gens payés pour établir des rapports pour savoir quoi faire…
    Du concret.. c’est bien ça… Du concret.
    Bien à vous
    Sandrine

  5. Chez nous c’est pareil : cartes et plans, brochures, livres anciens jamais catalogués… 30 000 c’est énorme !
    Léo

  6. Pardon… erreur de manip…
    Dés la maternelle qu’il faut réapprendre le respect des choses et la culture, tronc commun… ça aiderait vos professions, que de se voir encore accusé d’être incompétents!!!!!!
    Sandrine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s