Le catalogage des livres anciens – nouvelle norme


Pour faire suite à un précédent article consacré au catalogage du livre ancien, voici une nouvelle version qui inclut les révisions en cours de la norme (pas encore publiée) mais dont les recommandations sont dès a présent prescrites. Pour bien tout comprendre des différentes zones (ISBD, UNIMARC) qui régissent la description bibliographique merci de relire le précédent article de BiblioMab sur le catalogage. Tout cela est bien sûr applicable à tous et à toutes mais cet article n’a aucune prétention à être le mode d’emploi idéal ni à prétendre à une quelconque exhaustivité.

La nouvelle norme prend en compte pour le catalogage des livres anciens tout ce qui a été publié avant 1831 (fabrication artisanale) ce qui n’était pas le cas auparavant.

Le principe général est d’établir la notice d’un exemplaire idéal, commun à tous. Les particularités de l’exemplaire (reliure aux armes, pages manquantes, ex-libris, tomes manquants) seront précisées dans la partie réservée à l’exemplaire et propre à l’établissement détenteur (catalogue collectif), le but étant que les autres établissements puissent se rattacher à la même notice. Les modifications qui sont apportées à la norme doivent permettre de dégager et de retrouver facilement tous les auteurs (imprimeur-libraire, graveur, dédicataire…), le lieu d’édition, de décrire au mieux la page de titre, la pagination, les illustrations, les permissions et privilèges… Bref d’établir une notice « utile » !

Pour bien comprendre la différence entre l’ancienne norme, les notices retranscrites telles quelles des fiches catalographiques et l’application de la nouvelle norme, je vous invite à comparer une notice de la Bnf (notice de rétroconversion) et une notice de la BSG :

notice de retroconversion de la Bibliothèque Nationale de France

Notice de la Bibliothèque Sainte-Geneviève

Édifiant non ? Passons en revue maintenant les différentes zones :

zone 1 : titre et mention de responsabilité (auteurs)

Une seule zone est utilisée (200$a) ici. On retranscrit l’intégralité du titre (sous-titres, citations…), des auteurs, des mentions d’édition présentes sur la page de titre en respectant la ponctuation et les diacritiques (par exemple « & »)

On ne respecte pas les différences de polices, de couleurs (on pourra le signaler en notes), l’alternance entre majuscules / minuscules, si un accent est absent on ne le rajoute pas. On met une majuscule aux noms propres, au début de chaque titre, le reste en minuscule. On ne tient pas compte des ligatures (sauf oe ea), les s longs seront retranscrits en « s » normaux tout comme les « v » à valeur de « u », les « j » à valeur de « i » également. Si on désire garder la forme ancienne on n’oubliera pas d’ajouter une zone « titre dans un alphabet moderne ».

exemple (simple !) : Le Quart livre des faicts et dicts heroiques du bon Pantagruel. Composé par M. François Rabelais docteur en medicine.

zone 2 : édition (2e, 3e…)

Ne pas utiliser : utiliser pour cela la zone 1. En fait pour le livre ancien les mentions d’édition mentionnées sont souvent fautives.

zone 3 : non utilisée ici

zone 4 : adresse bibliographique (lieu d’édition, nom de l’éditeur, année d’édition)

Comme pour la zone du titre (zone 1) on retranscrira l’intégralité de l’adresse bibliographique telle quelle.

exemple : A Paris, chez Jean Mariette, rüe Vieux-chaux, vis-à-vis le collège de France, au Pignon. M D. CC. L. Avec approbation & privilege du Roi.

Le lieu d’édition aura un accès normalisé (zone 620) dans la langue du pays (exemple : Lyon, London et non Lugduni, Londres…) tout comme l’éditeur et/ ou l’imprimeur (qui auront un accès auteur secondaire, zone 702 avec précision de fonction imprimeur-libraire ou éditeur). La date sera aussi retranscrite dans une zone propre en chiffres arabes.

zone 5 : collation (description physique : nombre de pages, illustrations, format de l’ouvrage…)

Toutes les pages exceptées les pages de garde sont à indiquer (à moins qu’elles ne fassent partie de la pagination). Les pages qui ne font pas partie de la pagination seront mises entre crochets (exemple : [12]). Les pages blanches seront précisées de la façon suivante :[1 bl.]. Les illustrations telles que bandeaux, lettrines… seront indiquées par « ill ». Les planches, frontispices… seront indiqués (après les avoir compté en feuillets) après les pages de texte (exemple : 120 p. , [2] f. de pl. dont une depl.)

si l’ouvrage est en plusieurs tomes on pourra avoir par exemple : « 2 t. en 1 vol. » ou « 3 t. (120 ; 45 ; 14 p.) »

exemple : 145-[4] p., [4] f. de pl. gr. s. c., ill ; in-12

Pour le format se reporter à l’article suivant consacré au relevé des signatures et qui permet de déterminer le format d’un livre : « Catalogage des livres anciens : le relevé des signatures« . Le relevé des signatures sera fait dans la zone de note (zone 7).

zone 6 : collection (par exemple : collection des auteurs classiques, La Bibliothèque idéale…)

Peu utilisée. Surtout pour les livres de la fin du 18e

zone 7 : notes (certaines sont obligatoires, d’autres non ; elles apportent des renseignements supplémentaires sur l’ouvrage)

Cette zone est importante. Vous noterez ici tout ce qui a trait aux particularités du titre (titre en noir et rouge…), des auteurs, sur l’édition (approbation, privilège, contrefaçon…), sur la collation (le relevé des signatures, les illustrations et ornements typographiques, sur les références bibliographiques propre au document (exemple : Baudrier 54), sur la reproduction (numérique…), sur le contenu.

Ne pas oublier d’indiquer en note le relevé des signatures du livre. Il vous permettra de vérifier si votre pagination est correcte et de voir le cas échéant les possibles pages manquantes ou erreurs de l’imprimeur. On pourra s’en passer si l’œuvre est en 40 volumes ;-))

zone 8 : zone de l’empreinte

Vraiment si vous avez le temps , sinon à éviter (zone facultative). Certains y croient dur comme fer (cf. le site A la Toison d’Or). Si vous voulez vraiment faire un relevé des empreintes voir l’article consacré à cela sur BiblioMab.

Zones de l’exemplaire

Trois grandes parties : la complétude (mon ouvrage est-il entier, manque t-il un tome ?), la provenance (marques de possession) et la condition d’un exemplaire, c’est à dire l’ensemble des interventions après sa sortie de l’imprimerie (reliure, restauration…).

Ex-libris, ex-praemio, ex-dono, exemplaire truffé, pages manquantes, tomes manquants, reliure (type, décor, date), annotations, mentions manuscrites diverses… seront décrits ici.

Bon catalogage !

Léo Mabmacien

Advertisements

20 réflexions au sujet de « Le catalogage des livres anciens – nouvelle norme »

  1. Bonsoir Léo,
    Voilà qui tombe à point nommé et qui va certainement m’aider à rationaliser… mais bon, la bohéme, cela ne se catalogue que difficilement.
    Votre billet est tout de même un grille bien pratique
    merci.
    bien à vous;
    Sandrine.

  2. Merci Léo pour cet article qui nous décrit les modifications au niveau du catalogage des ouvrages anciens. Pour les utilisateurs de la norme provisoire Z 44-074 publiée en 1986 par l’AFNOR, je suppose qu’il n’y aura pas de perturbation.
    Pour ma part étant un maniaque du catalogage des ouvrages anciens [catalogage de ma bibliothèque personnelle], je me réjouis de ces modifications qui sans nous écarter de l’ancienne norme, nous permet d’être nettement plus précis dans la description de l’exemplaire.
    Bien cordialement.
    Gérard.

  3. Sûrement une méthode qui rationalise mais existe t-il des réformes qui simplifient ? Date de cette mise en place d’un catalogage commun à toutes les bibliothèques ? Pierre

  4. @Sandrine et Gérard : merci ! il faut éviter d’utiliser la norme de 1986 sauf points de détail… NB : je suis aussi maniaque que vous dans le catalogage de ma bibliothèque personnelle ;-)

    @Pierre : si si c’est une norme plus simple et qui garantit « l’authenticité de l’ouvrage décrit » ;-). Ces nouvelles dispositions sont déjà appliquées mais pas partout… Il faudra attendre une véritable publication officielle de la norme.

    Léo

  5. Dans la mesure où la norme n’a pas encore été publiée, par quelle source avez-vous eu ces précieuses informations? Je suis en attente de la publication de cette norme, si vous avez des informations sur une date, je suis preneuse!
    En vous remerciant,
    Caroline, bibliothécaire

  6. Monsieur,

    votre article me laisse perplexe. Je catalogue du livre ancien depuis le début des années 2000, et je pratique ce que vous décrivez comme la « nouvelle norme » depuis mes débuts.
    La seule véritable nouveauté, mais ce n’est pas celle sur laquelle vous insistez dans vos exemples, c’est que, dans l’architecture des notices bibliographiques, les particularités d’exemplaires ne devront plus être dans le corps de la notice bibliographique (zone UNIMARC 316 et 317), mais dans les données d’exemplaires.
    Cette nouveauté est importante car elle indique un changement de conception dans le catalogage du livre ancien : jusqu’ici, on considérait qu’un livre ancien, de par les transformations subies entre la sortie de l’imprimerie et son arrivée jusqu’à nous, était un objet bibliographique unique (d’où le principe : 1 livre ancien = 1 notice bibliographique avec particularités d’exemplaires dans le corps de la notice). Mettre les particularités d’exemplaires dans les données d’exemplaires permettra effectivement de rattacher plusieurs exemplaires différents à une même notice bibliographique, ce qui est très pratique pour les chercheurs, mais gomme la notion d’unicité des livres anciens. Le changement de modèle de pensée : c’est ça, la vraie nouveauté, pas ce que vous avez décrit.

    Autrement, je trouve que les exemples que vous donnez ne sont pas très honnêtes : vous comparez une notice de rétroconversion de la BN avec une notice manifestement cataloguée livre en main de la BSG.
    Petit rappel historique : la rétroconversion de la BN a été faite à partir de fichiers papiers aussi indigents que le cahier des charges qui les accompagnait, par des gens travaillant à l’autre bout du monde, saisissant les informations au kilomètre sans même les comprendre.
    Votre exemple n’a donc rien à voir avec un « avant/après » la norme : ce n’est pas correct de l’utiliser pour illustrer votre propos.

  7. Chère Madame,

    Je pense avoir été très clair dans l’article sur le fait que l’on établissait une notice qui puisse servir à tous :
    « Le principe général est d’établir la notice d’un exemplaire idéal, commun à tous. Les particularités de l’exemplaire (reliure aux armes, pages manquantes, ex-libris, tomes manquants) seront précisées dans la partie réservée à l’exemplaire et propre à l’établissement détenteur (catalogue collectif) »

    J’ai bien précisé que la notice de la BNF est une notice de rétroconversion, j’aurais pu prendre un autre exemple tout aussi parlant ailleurs… Par exemple celle-ci :

    Type document Livre
    Auteur secondaire chez Hochereau et Panckouke , Imprimeur
    Titre Les Caractères de Théophraste et de La Bruyère avec des notes par M. Coste
    Mention d’édition Nouvelle édition
    Langues Français
    Publication , 1765 (Paris : chez Hochereau et Panckouke)
    Pays France
    Description , 4°

    Quant aux nouveautés elles ne sont plus à démontrer : retranscription intégrale de la page de titre, de l’adresse dans une seule zone, accès à tous les auteurs, lieu d’édition uniforme… etc…

    Léo

  8. Je sous-marine souvent sur votre blog toujours intéressant, mais à la lecture de cet article, je réagis.
    Ayant la grande chance de cataloguer des livres anciens depuis un certain nombre d’année, je ne vois pas de différence entre la nouvelle et l’ancienne norme, à part, bien sûr, ce changement radical de philosophie (c’est à dire la description de l’exemplaire idéal).
    Tout le reste (retranscription de la p. de t., l’accès aux auteurs secondaires, retranscription de la date en chiffres arabes, collation, notes sur l’exemplaire …), je l’effectue quotidiennement, livres en main, comme mes collègues.
    Je suis étonnée aussi des notices que vous donnez en exemple, elles ne peuvent pas être comparés, puis qu’une provient de rétroconversion et l’autre d’un « vrai » catalogage bien fait. L’exemple que vous donnez dans votre réponse du commentaire précédent, est une juste une notice mal cataloguée, peut être avec un logiciel pas adapté au livre ancien.

  9. Bonjour,

    Vous m’étonnez en me disant que la nouvelle norme ne change rien par rapport à l’ancienne ou alors je me suis fait mal comprendre…… Pourriez-vous me faire parvenir un exemple (en commentaire ou par mail) d’une notice que vous avez faites ?
    Pour l’utilisation de la notice de la bnf et de la bsg c’était juste pour montrer la différence. Les différences sont significatives à mon avis !

    En voici une autre qui n’est pas une notice de rétroconversion : la différence est flagrante…
    Bien cordialement
    Léo

    Type document Livre
    Auteur principal La Bruyère , Jean de (1645-1696)
    Auteur secondaire Cathelin , Louis Jacques ( grav. 1739-1804 )
    Gravelot ( ill. 1699-1773 )
    Duclos , Antoine-Jean ( grav. 1742-1795 )
    Le Bas , Jacques-Philippe ( grav. 1707-1783 )
    Panckoucke , Charles-Joseph ( impr.-libr. 1736-1798 )
    Hochereau , Charles-François ( libr. 1715?-1780 )
    Titre Les Caracteres de Théophaste, et de La Bruyere. Avec des notes par M. Coste.
    Mention d’édition Nouvelle édition
    Langues Français
    Publication A Paris : chez Hochereau : et Panckoucke , 1765
    Pays France
    Description [2], VIII, 484 p.- [1] f. de pl. gr. s. c. , 4̊
    Notes Frontispice représentant Jean de La Bruyère gr. s. c. par Cathelin d’après Saint Jean ; vignette au titre dessinée et gr. s. c. par Gravelot ; 3 vignettes en tête de chapitre, dont une gr. s. c. par Duclos d’après Gravelot ; un cul-de-lampe gr. s. c. par Le Bas d’après Gravelot
    Description complète, Catalogue Lebaudy 18e siècle, T. I, p. 147 ; Cohen, col. 540-541, 1106 ; Reynaud, col. 277

  10. Oui, c’est vrai, oups.
    Désolée.
    pourtant les problèmes semblent être les mêmes, dans la rigueur de la retranscription et le croisement des données informatiques, si je puis me permettre de dire cela, alors que c’est un travail de fourmi, loin d’être évident et que je suis en dehors.
    S.

  11. […] Le catalogage des livres anciens – nouvelle norme. Pour faire suite à un précédent article consacré au catalogage du livre ancien, voici une nouvelle version qui inclut les révisions en cours de la norme (pas encore publiée) mais dont les recommandations sont dès a présent prescrites. […]

  12. […] Le catalogage des livres anciens – nouvelle norme | BiblioMab : le monde autour des livres anciens…. Pour faire suite à un précédent article consacré au catalogage du livre ancien, voici une nouvelle version qui inclut les révisions en cours de la norme (pas encore publiée) mais dont les recommandations sont dès a présent prescrites. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s