Vivement la quille : le Père Cent au service militaire


 

Extrait du livre « Malgré l’absurdité » de Jacques Grouselle

Les personnes qui ont fait leur service militaire connaissent peut-être le Père Cent (ou Percent ou encore Persan), « tradition festive qui existait parmi les recrues de l’armée, cent jours avant la fin de leur service. Quelques semaines avant, un faire-part humoristique était envoyé à la famille, amis, villageois,… pour recueillir un peu d’argent » (Source Wikipédia). Le Père Cent désigne donc le faire-part et la fête du libérable qui a lieu 100 jours avant la fin du service militaire. Le Père Cent est aussi une tradition lycéenne qui a lieu 100 jours avant le Bac. Le Père Cent a laissé place à la fin des années 30 à la quille, argot militaire signifiant la fin du service mais plus 100 jours avant. Un terme aussi utilisé par les prisonniers sortant de prison. Le faire-part ci-dessous date de 1933 et concerne le 75e Régiment d’Artillerie, 5e batterie, de Lyon-La Doua. Ce faire-part très humouristique est de format  A4 et se compose d’ 1 feuillet de 4 pages, le tout se pliant en deux pour former une enveloppe encadrée de noir. Il reprend le nom de toutes les personnes libérables (deuxième page) qui font partie bien sûr de la cérémonie (les noms ont été cachés volontairement ici) et expose les dernières volontés du défunt (« un mandat bien conçu »). Quelques prières détournées, commandements et devises (« doucement le matin, pas trop vite le soir ») suivent et un diable portant une lettre conclue le tout. Collectif ce faire-part devait avoir un tirage assez important (300, 500 exemplaires ?). Il ne porte pas d’indication d’imprimeur. Un exemple intéressant d’imprimé éphémère, un souvenir pour certains.

Autres faire-part :

Un Père Cent dans l’aviation

Un Père Cent individuel

En savoir plus :

Finir le service militaire

Léo Mabmacien

9 réflexions au sujet de « Vivement la quille : le Père Cent au service militaire »

  1. Tiens, je ne savais pas que le « Père-cent » avait une origine militaire. Pour moi, cette tradition se fêtait 100 jours avant le baccalauréat, une sorte de carnaval exubérant avant le début des révisions !
    Par contre, je me demande où, à part dans notre village, l’on fête encore les conscrits… Si quelqu’un a des pistes, je prends !

  2. « L’appel sous les drapeaux est suspendu pour tous les Français qui sont nés après le 31 décembre 1978 et ceux qui sont rattachés aux mêmes classes de recensement »

    Y a-t-il encore des conscrits ?

  3. les conscrits sont une tradition encore très vivace tout autour de Villefranche sur Saône (ici, on dit une institution).
    je connaissais ces lettres de Père Cent, uniquement dans le contexte militaire…

  4. Pour préciser : quand c’est l’époque, tous les villages se couvrent de banderoles « honneur aux conscrits », « honneur aux 20 ans », honneur aux 30 ans »… jusqu’aux centenaires…

  5. J’ai été conscrit moi-même…c’est dire l’âge de l’animal!
    Mais s’il n’y a plus de service militaire obligatoire, comment pourrait-il encore y avoir des conscrits ?

    Ou ne s’agit-il que d’une histoire ancienne ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s