La bibliothèque bleue : la littérature populaire en France du 17e au 19e siècle présentée par Geneviève Bollème


La Bibliothèque bleue : littérature populaire en France du XVIIe au XIXe siècle présentée par Geneviève Bollème. Paris : Gallimard / Julliard, 1980. (Collection Archives ; 44). 274 pages et [16] pages de planches.

Voici un ouvrage à mettre dans toute bibliothèque. Geneviève Bollème (1928-2005), en pionnière de la littérature populaire et de colportage en France, nous présente ici une sélection de textes composant le « corpus » de cette fameuse Bibliothèque bleue, terme employé pour désigner la littérature populaire (en fait destinée au plus grand nombre) en France entre le 17e et le 19e siècle (les brochures étaient recouvertes d’une couverture bleue voire gris-bleue mais pas seulement). Bon marché, imprimées pauvrement (papier chandelle, caractères, gravures sur bois de réemploi…), diffusées par colportage par dizaines de milliers d’exemplaires, ces brochures abordent un grand nombre de sujets : calendriers, bibles, romans, contes, abécédaires, catéchismes, vies de saints, faits divers, médecine, pédagogie, satires, facéties, gastronomie… Pas facile à circonscrire donc. Geneviève Bollème l’a fait en proposant 10 chapitres (outre une présentation générale, une « orientation bibliographique » et des notes et références) : la pratique du corps, les prophéties, les almanachs, le monde social, les récréations, le savoir-vivre, l’éternel féminin, la fable et l’histoire, l’histoire sainte, l’autre monde. Le tout est complété par 16 pages d’illustrations ce qui permet d’avoir un excellent panorama des textes de cette littérature populaire. Livre que vous pouvez compléter par l’anthologie parue chez Robert Laffont :

En aparté

Les trois plus grandes collections en France de la Bibliothèque Bleue sont celles  du Musée des Arts et Traditions populaires  (plus de 3 000 éditions) qui a fermé en 2005 et dont les collections ont été transférées au Mucem (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditérranée) qui doit ouvrir en 2013 ;  de la Bibliothèque municipale de Troyes (plus de 2900 pièces) et de celles de la Bnf (les exemplaires sont dispersés entre plusieurs cotes ce qui ne permet pas de donner de chiffre exact).

Un catalogue commun entre ces trois bibliothèques permet de décrire 4959 éditions différentes et de localiser 6778 exemplaires dont les deux tiers imprimés à Troyes. Dans le futur ce catalogue collectif devrait localiser toutes les éditions disponibles dans les bibliothèques françaises.

Le portail numérique de la Médiathèque de l’Agglomération Troyenne (sélectionnez « librairie de colportage »).

Quelques articles à lire en ligne :

Bollème, Geneviève
La bibliothèque bleue telle qu’en elle-même .
La bibliothèque bleue , Bulletin d’informations de l’ABF, n°146, 1990, p.6-8.

Lambert, Monique
La collection de 3000 livrets bleus de la bibliothèque des arts et traditions populaires : fin XVIe – fin XIXe siècle.
La bibliothèque bleue , Bulletin d’informations de l’ABF, n°146, 1990, p.10-16.

Noël, Marie-France
Banque de données des Impressions populaires du Musée national des Arts et Traditions… .
La bibliothèque bleue , Bulletin d’informations de l’ABF, n°146, 1990, p.17-19.

Léo Mabmacien

Publicités

7 réflexions au sujet de « La bibliothèque bleue : la littérature populaire en France du 17e au 19e siècle présentée par Geneviève Bollème »

  1. Voici encore un billet qu’il faut garder … je ne sais plus où les ranger. merci Léo. Bien à vous, Sandrine.

  2. Merci Sandrine, le mieux est de le laisser sur le blog, vous le retrouverez facilement. Bien à vous.
    Léo

  3. Dans les ouvrages de référence on pourrait rajouter deux travaux majeurs :

    – Nisard Ch. Histoire des livres populaires ou de la littérature de colportage depuis le XVe siècle. P. Amyot 1854, 2 vol. In 8° (avec un précieux commentaire sur les textes, leur origine et leurs sources legendaires)
    – Alfred MORIN. Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus). Genève, Droz, 1974; In-8° (la bibliographie de référence des impressions troyennes)

    Alain Marchiset, libraire-expert

  4. Pour info, on écrit « cote », sans accent circonflexe, surtout quand on parle de livres et de bibliothèques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s