Instruction sur l’histoire de France et romaine par l’abbé Le Pragois


Page de titre

Instruction sur l’histoire de France et romaine, par M. Le Ragois, précepteur de Monseigneur le Duc du Maine. A Paris chez Pralard, cloître de Julien le pauvre, au bas de la rüe S. Jacques, à l’occasion, 1755. [16]-595-[1bl.] p. : ill. , portraits ; in-12

une reliure en veau, simple et manipulée

« Combien de Français ont fort mal su l’histoire de leur pays, pour ne l’avoir apprise que dans un catéchisme puéril rédigé par le Ragois, et dont les éditions se sont multipliées sans s’améliorer depuis 1684 jusqu’au milieu du dix-huitième siècle! » P. C. F. Daunou in Cours d’études historiques, Didot, 1842, T1, p. 425

L’auteur de cet ouvrage, un classique souvent réédité, est Claude Le Ragois (16.. -1683?), abbé, pédagogue et précepteur du Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine. La première édition est de 1684. De médiocre qualité, le succès de ce livre (plus de 180 éditions entre 1684 et 1882) ne se dément pas puisqu’on le trouve réédité par France-Empire en 2012 (reprenant une version de 1849). Plusieurs éditions sont disponibles en texte intégral sur internet dont celle de 1687 parue chez Pralard à Paris (à noter : l’absence des portraits gravés des rois). Notre édition semble être une contrefaçon, Pralard étant mort depuis longtemps. Le livre est de plus mal imprimé, sans approbation ni privilège, sans la marque d’imprimeur de Pralard.

Procédant comme un catéchisme, par question et réponses, l’auteur propose un découpage par règnes successifs, selon les trois « races royales » qui se sont succédées. Le dernier roi présenté est Louis XV, alors « en poste » à cette époque.

Chaque roi se voit agrémenté d’un portrait plus ou moins ressemblant gravé sur bois, d’une devise en latin reprise en français et d’une série de questions réponses plus ou moins longues où reviennent les actions entreprises, l’accession au trône, le décès et les actions remarquables ou non (rois fainéants par exemple).

La plupart des rois sont traités en une ou deux pages, le jeu des questions réponses s’avérant vite surfait et faisant penser plus à un monologue qu’à une discussion. L’abbé Le Pragois n’y va pas de main morte pour parler des Juifs ou des Italiens comme ce passage page 152 sur les usures des banquiers italiens venus en France, à la place des Juifs, qui « sucoient toute la substance des peuples et de l’Etat. Le Roi considérant le tort qu’ils faisoient à son Royaume, les fit tous pendre, la nuit du premier jour de mai, c’étoit un beau bouquet. » Il n’omet pas de rajouter que « l’on mit de bonnes taxes sur ces sangsues ». Sans commentaire ! Les comédiens et autres « amuseurs » sont aussi l’objet de poursuites et de persécutions tout comme la religion réformée (ou protestante). L’histoire de ces rois n’est pas belle à lire et l’on retient surtout les exploits guerriers des mâles royaux et la simple « fonction de perpétuation de la race » des épouses royales.

La place prise par Louis XIV est royale (pardon pour le jeu de mot), les récits de ses batailles et de ses engagements constituant un panégyrique au roi.

texte sur Clovis

L’auteur présente sa méthode pédagogique dans un avertissement (reproduit ici). A cette histoire de France s’ajoute un Abrégé de l’histoire romaine par demandes et réponses, un Abrégé de géographie par demandes et réponses, un Abrégé de la sphère par demandes et réponses également, un Abrégé des Métamorphoses d’Ovide avec une explication succincte et méthodique sur chaque fable, des Proverbes ou Sentences, tirés des plus excellents auteurs latins, espagnols et italiens et enfin un Recueil de bons mots et des pensées choisies des auteurs anciens et modernes.

une petite galerie des rois :

Pharamond, aujourd’hui considéré comme un mythe

une curiosité : deux rois ensemble

Source notamment consultée :

RENONCIAT A. Voir/Savoir : La pédagogie par l’image au temps de l’imprimé, du XVIe au XXe siècle. [s.l.] : CNDP, 2012. ISBN : 224003257X.  23 €

Léo Mabmacien

Publicités

3 réflexions au sujet de « Instruction sur l’histoire de France et romaine par l’abbé Le Pragois »

  1. Ouvrage qui pourrait paraitre désuet s’il n’était un témoin intéressant de la pensée générale de l’époque. Les biographies à la mode révolutionnaire n’étaient pas, non plus, exemptes de mauvaise foi
    (laïque) et la recherche de bouc-émissaires à nos maux n’a rien d’original. Moi, j’aime bien ce type d’ouvrage sous forme de questions-réponses comme il s’en faisait aussi pour les ouvrages de géographie approximative… Pierre

  2. C’est toujours intéressant à lire comme ouvrage effectivement et j’aime bien aussi la forme des questions réponses.
    Léo

  3. J’avoue être d’avantage choquée par le manque de critiques et d’objectivité des manuels d’Histoire utilisés par l’éducation nationale dans nos collège et lycées, plutôt que par cet ouvrage. Ouvrage qui reste tout de même le témoin des début de la pédagogie moderne.
    Emilia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s