Bande de contention et papier japon pour restaurer les livres anciens : une vidéo proposée par la Bibliothèque municipale de Brest


livre_ancien_bande_contention
un livre ancien momifié ?

Intitulée Papiers japonais (sic) et reliures anciennes cette vidéo de presque 10 minutes nous montre la restauration après diagnostic de plusieurs parties d’un livre ancien : les coins avec comblage d’un trou de vrillette et remise en état, les mors qui sont fendus sur toute la longueur, enfin les coiffes. Le tout est réalisé avec une « trousse de secours » : peinture à l’acrylique, plioir, couteaux, ciseau, pinceaux, colle à l’amidon, papier japon… et surtout bande de contention. Et oui il fallait y penser. Bien mieux qu’un gros élastique (solution de fortune que j’utilise), la bande de contention permet de bien entourer le livre en exerçant une pression égale lors des opérations de collage. Pour que la bande n’adhère pas il ne faut pas oublier de mettre auparavant un morceau de papier intissé.

Je crois que je vais abandonner les élastiques (sourire).

Papiers japonais et reliures anciennes

Une vidéo réalisée par les relieurs de la Bibliothèque municipale de Brest dans le cadre des journées du patrimoine 2011

Léo Mabmacien

Publicités

5 réflexions au sujet de « Bande de contention et papier japon pour restaurer les livres anciens : une vidéo proposée par la Bibliothèque municipale de Brest »

  1. Clair et rassurant pour ceux qui utilisent beaucoup le papier japon. Le vétrap est une excellente idée. Le klucel pour éviter le noircissement du cuir à la colle d’amidon; je ne savais pas. Je vais repasser cette vidéo 2 ou trois fois ;-) Pierre

  2. Je vois que vous êtes un spécialiste de la restauration Pierre ;-)) Pour ma part je suis un néophyte et je laisse bailler les coiffes et les mors sont bien fendus… La solution : ne plus acheter que des livres parfaits ;-)).

  3. pourquoi utiliser le papier japon a la place de cuir ? La réponse est simple : technique facile, apprentissage rapide et surtout moins cher ! Bref, c’est bien connu, les ébéniste vont pouvoir restaurer les meubles du XVIIIe siècle avec du carton ! Ceci n’est pas une restauration mais du bricolage …

  4. Sceptique je l’étais aussi…jusqu’à ce que j’essaie. Depuis je ne vois plus que des avantages à cette méthode. Complètement réversible ce qui n’est pas toujours le cas avec la greffe de cuir (incrustation des cuirs secs par exemple), excellente tenue mécanique (j’aurais pas dit), résultat esthétique excellent. Que doit apporter de plus une restauration ?
    Je veux bien que les relieurs de la BNF et des bibliothèques n’y connaissent rien en restauration, mais il faudrait au moins m’expliquer pourquoi sans dogmatisme.

  5. Réponse tardive à Michel : je ne vois aucune objection valable à l’utilisation de papier japon pour la restauration des livres. Toutes les restaurations des tableaux HST ou HSP se font aujourd’hui au moyen de gouache ou autres peintures lavables, du moins il faut l’espérer. On a assez abusé des repeints et surpeints aux pigments à l’huile dans les siècles passés : pratique qui nécessite aujourd’hui de lourds travaux pour éliminer ces abus.

    René

    ddede goua

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s