Le lecteur à l’oeuvre : une exposition de la Fondation Bodmer


lecteur_oeuvre

Pour prolonger l’exposition organisée par la célèbre Fondation Martin Bodmer et intitulée « Le lecteur à l’oeuvre », on se dirigera vers le site internet mis en place pour celle-ci, une exposition en ligne qui montre « comment le texte est transformé par ses lecteurs, à travers plusieurs siècles d’histoire de l’écriture ». Car un texte (en devenir) passe entre les mains de nombreuses personnes (lecteurs), depuis sa fabrication, sa diffusion et au-delà. Interactive et évolutive cette « webapp » est aussi novatrice car elle a servi comme application pour tablettes pendant la visite de l’exposition à la Fondation.

Logiquement, 7 parties (à lire ou à écouter) nous sont proposées : corriger (annotations et manuscrits d’écrivains), expliquer (gloses et commentaires imprimés ou non pour le lecteur), éditer (quelques prouesses d’édition), traduire (être fidèle ou non), illustrer (la place et l’utilisation de l’illustration dans les livres), annoter (notes manuscrites sur les pages), manipuler (ouvrages à languettes, à découper…). C’est l’occasion de découvrir des ouvrages remarquables, de part leurs éditions, les annotations qu’ils comportent ou leurs particularités : épreuves corrigés par Marcel Proust d’A la recherche du temps perdu, manuscrit de Balzac, annotations de Voltaire sur un exemplaire d’Emile, la Chronique de Nuremberg par Schedel, livres de Michel Butor ou livre étonnant de Jonathan Safran Foer…

Des études et des entretiens viennent compléter cette remarquable exposition. A admirer avec une tablette s’il vous plaît !

Un livre accompagnant cette exposition est publié par les Editions Infolio (Gollion, Vaud) au prix de 22 euros environ. « Il est composé de deux parties :

quatre essais de Roger Chartier, professeur au Collège de France, Michel Jeanneret (Université de Genève), Yves Citton (Université de Grenoble) et Frédéric Kaplan (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) ainsi qu’un entretien avec l’écrivain Michel Butor qui abordent la problématique d’ensemble.

Un ensemble de 21 notices richement illustrées présentent des exemples des différents rôles que le lecteur peut jouer dans la création et la transformation du livre. Les notices sont l’œuvre de Nicolas Ducimetière (Fondation Martin Bodmer), Valérie Hayaert (Institut européen de Florence), Michel Jeanneret (Université de Genève) et Radu Suciu (Université de Fribourg). »

Le lecteur à l’oeuvre [exposition en ligne]

Une exposition organisée par la Fondation Martin
Bodmer et le laboratoire d’humanités
digitales de l’EPFL.
En partenariat avec l’Université de Genève

image-site-le-lecteur-à-loeuvre
Affiche de l’exposition

Léo Mabmacien

Advertisements

3 réflexions au sujet de « Le lecteur à l’oeuvre : une exposition de la Fondation Bodmer »

  1. Un des exemples le plus connu serait la lecture interprétée par Luc de l’évangile de Jean. Je crois que c’est Renan qui en parle le mieux. Quand il y a une traduction, c’est encore plus flagrant. La version originale de  » l’origine de l’homme  » par Darwin n’a jamais été cautionnée par l’auteur et il a fallu attendre la deuxième version pour qu’il appose son imprimatur… Pierre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s