La manicule, du manuscrit à l’hypertexte : repérage et navigation dans le livre ancien


manicule_16e_rouge
manicule du 16e siècle

Vous avez peut-être déjà repéré dans un livre ancien (ou un manuscrit) ces petites mains avec leurs index pointés sur le passage d’un texte. Ce sont des manicules, du latin manicula (« menotte » ou  « petite main », « manche »), signes qui servent à « appeler l’attention sur un passage du texte ».

Yann Sordet, dans une communication présentée le 21 novembre 1997 au 1er Forum de l’édition et de la documentation spécialisée Doc forum (Repérages et navigation dans l’espace du livre ancien) explique parfaitement son utilisation : « les opérations de repérage devaient toutefois y être délicates. Pour retrouver aisément une décision de justice, les magistrats de la maîtrise des ports de Mâcon ne disposaient d’aucun index (…). Quelques signes toutefois servent de repère dans cette suite chronologique d’actes, ainsi d’une manicule , qui pointe un élément important du texte. Ce signe, présent depuis longtemps dans le manuscrit [quelques exemples], trouvera dès la fin du XVe siècle un équivalent typographique. Il remplit parfois une fonction de séquentialisation (plus généralement réservée au pied de mouche), mais surtout et plus communément une fonction de signalisation. C’est le signe que nous retrouvons aujourd’hui dans de nombreux progiciels et dans les navigateurs Internet, et qui sert à l’activation des liens hypertexte. La manicule donc, avec son doigt pointé, invitait à porter attention à une portion du texte manuscrit et imprimé ; elle signale aujourd’hui qu’il y a de l’information « derrière » ou « au-delà » du texte électronique souligné. Lorsque cette main sort d’une manche portant une inscription, on lui réserve le terme de « manchette ». Par extension, sont dites « manchettes » les notes marginales situées en regard du texte auxquelles elles font référence. »

manicules_manuscrites
manicules manuscrites sur les pages d’un livre du 17e siècle
manicule_livre_18e_droit
manicule typographique sur un livre du 18e siècle
pointeur_souris
manicules modernes ;-))

La manchette qui vient du latin manica (de manus, main) ne doit donc pas être confondue avec la manicule. La manchette a un rôle de repérage et d’explication. Elle sert aussi à introduire des citations ou des références bibliographiques. Elle sera remplacée peu à peu par la note en bas de page.

La manchette est aussi le « titre d’un quotidien composé en gros caractères et occupant la plus grande partie ou la totalité de la largeur de la page (et plus particulièrement de la « une », la première page.

manchettes_livre_17e
manchettes signalées ici par les flèches rouges dans un ouvrage du 17e siècle

Sources :

Repérages et navigation dans l’espace du livre ancien par Yann Sordet [communication présentée le 21 novembre 1997 au 1er Forum de l’édition et de la documentation spécialisée Doc forum]

livre_antiquite

Le livre : de l’Antiquité à la Renaissance. Cours en deux parties : l’objet et l’usage proposé par l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 [en ligne sous licence creative commons].

Glossaires Codicologiques [IRHT]

Dictionnaire encyclopédique du livre : E-M. Paris : Editions du Cercle de la Librairie, 2005.

Léo Mabmacien

Publicités

5 réflexions au sujet de « La manicule, du manuscrit à l’hypertexte : repérage et navigation dans le livre ancien »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s