Livres anciens et signatures des cahiers liminaires


signatures_cahiers_allemagne
édition allemande utilisant les parenthèses pour la signature des cahiers liminaires

Les signatures dans les livres anciens sont des indications que l’on trouve « dans les marges inférieures des premières pages de chaque feuillet ou de chaque cahier d’un livre ». Elles n’étaient pas destinées au lecteur du livre mais à l’imprimeur et au relieur pour l’assemblage des feuillets et des cahiers d’un livre. Aujourd’hui on pratique le relevé de ces signatures afin de vérifier si le livre est bien complet, s’il n’y a pas d’erreurs de pagination, mais également afin de déterminer en partie le format du livre. Pour plus de détails je vous renvoie à cet article sur le relevé des signatures.

Les signatures sont formées de lettres ou de signes accompagnés de chiffres. Parmi ces lettres et signes employés dans les cahiers liminaires, les signatures les plus fréquentes sont l’astérisque puis les caractères abc de bas-de-casse. Leur emploi varie selon les pays et les époques comme on peut le découvrir ici. N’oubliez pas que le relevé des signatures (notamment liminaires) aide à l’identification d’une édition en l’absence d’adresse (lieu d’édition et  nom d’imprimeur-libraire absents) ou en présence d’une contrefaçon.

Bon à savoir :
Pays-Bas du Sud = Belgique
Provinces-Unies = Pays-Bas

Astérisque *

signatures_cahiers_suisse
sur une édition suisse

Provinces-Unies (1575-1799) et Anvers (1534-1668) principalement.
France
Paris : très rare mais fréquent dans les fausses éditions parisiennes, surtout fin 17e Lyon : assez fréquent (1553-1653)
Suisse
Genève : très fréquent (1540-1672)
Provinces-Unies
Amsterdam : très fréquent (1582-1787), La Haye, Rotterdam, Utrecht, Franeker
Pays-Bas du Sud
Anvers : très fréquent (1534-1668) Bruxelles, Liège : fréquent (1660-1705)
Italie : rare (16e et fin du 18e)
Allemagne : peu fréquent
Grande-Bretagne : rare après le 16e.

Obèle †

signatures_cahiers_suisse_lausanne
cas particulier : édition de Lausanne avec obèle

Italie surtout et Provinces-Unies
France : rare
Allemagne : rare (fin 16e, début 17e)
Italie : très fréquent (fin du 16e et 17e siècle)
Provinces-Unies : fréquent (Leyde, Amsterdam)

Pied de mouche ¶

Surtout à Genève et en Espagne (fin 16e, début 17e)
Suisse : très fréquent
Espagne : très fréquent
France : très rare (Paris)
Angleterre : fréquent à la fin du 16e et au début du 17e
Italie, Pays-Bas du Sud (aucun)
Provinces-Unies : quelques exemplaire à Leyde

Marque de paragraphe §

signatures_cahiers_italie
sur une édition italienne

Très rare. Quelques exemplaires en Espagne et en Italie

Croix grecque ou de Malte +

Italie

Parenthèses et crochets

Parenthèses inversées : )( –  ):()o( –  )?(
Utilisation en Allemagne, en Suisse (Bâle) et en Scandinavie

Parenthèses avec symboles et lettres :
(:) : Allemagne et Bâle
(*) : Allemagne et Provinces-Unies
(a), (b), (c) : Provinces-Unies, Grande-Bretagne (1650-1756)
[a], [b], [c] : Londres (1682-1762)
France, Pays-Bas du Sud, Italie : néant

Caractères de bas-de-casse abc

signatures_cahiers_grenoble
Grenoble

France : Paris, avant 1710 rare, très fréquent après 1730
Italie : très fréquent surtout à Venise (1558-1788) et Rome (1632-1787)
Provinces-Unies : peu courant, au 17e surtout, à Amsterdam (1631-1781), en association avec l’obèle ou l’astérisque
Allemagne : 18e siècle, notamment à Leipzig
Suisse : néant
Grande-Bretagne : Londres (surtout au 18e), Oxford (assez fréquent entre 1665-1731), Edimbourg (1711-1771), Glasgow (1748-1763)

Capitales A B C

signatures_cahiers_lyon
sur une édition lyonnaise

Rare, utilisé surtout au 16e siècle
France : Paris (1552-1599), Lyon (1554-1663)
Provinces-Unies : fort rare

Forme propre à l’Angleterre A a b

Très fréquent à Londres surtout au 18e siècle, rare ailleurs
Précisions : La signature B était utilisée en tant que première signature du texte, la signature A se retrouvait en pages liminaires. S’il y’a plusieurs cahiers liminaires on utilisait des caractères de bas de casse pour les signatures suivantes.

Voyelles avec tilde ã e˜ i˜ õ u˜

signatures_cahiers_Paris
sur une édition parisienne

Caractéristique des éditions parisiennes et des éditions provinciales imitant les éditions parisiennes. Très rare en dehors de la France
Paris : fréquent dans la 2e moitié du 16e, très fréquent au 17e jusqu’en 1730. Plus rare après
Rouen : 1601-1675
Lyon : 1650-1768
Quelques exemples en Allemagne (1575-1640) et aux Provinces-Unies (fin 17e, début 18e) d’imprimeurs-libraires d’origine française.

Caractères grecs α β γ

Suisse, surtout Bâle (1533-1572) au 16e siècle.

Source utilisée :

Extrait de Pratiques de composition typographique 1530-1800 (A. Sarrut. Bnf Inventaire). 2010. J’espère que son auteure ne m’en voudra pas d’avoir réutilisé son (formidable / utile) travail.

Autres articles en rapport :

Catalogage des livres anciens : le relevé des signatures

Le registre pour le relieur

Léo Mabmacien

Publicités

2 réflexions au sujet de « Livres anciens et signatures des cahiers liminaires »

  1. Et les croix de Malte qu’on voit parfois sur les feuillets liminaires, est-ce parisien ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s