La numérotation des rues et les adresses des imprimeurs-libraires


adresse_nicolas_le_gras_paris
Nicolas Le Gras, établi dans la fameuse Grande salle du Palais à Paris, proche de ses clients (hommes de loi…). Nombreux, les libraire se signalent par leurs enseignes mais aussi comme ici par un élément architectural de la salle.

Pendant la période de l’Ancien Régime, la numérotation des rues n’existait pas. Pour s’y retrouver, les imprimeurs-libraires indiquaient sur le colophon ou la page de titre de leurs livres, des indications permettant de trouver facilement leurs boutiques.

Il y’avait bien sûr le nom de la rue (parfois truculent), parfois associé à une 2e rue (si la librairie faisait un angle par exemple). A cela on pouvait ajouter un élément de repère connu ou visible dans la rue : un établissement religieux, une fontaine… Enfin l’enseigne  de la boutique présente sur la facade (sculptée, suspendue ou dans une niche et reprise bien souvent dans la marque typographique)  permettait de ne pas se tromper de porte.

adresses_paris_quai_augustins
une édition collective du 18e siècle d’imprimeurs-libraires situés Quai des Augustins

Selon Jacques Mayran (ref.  ci-dessous),  à cette époque seules les personnes riches « faisaient inscrire leur nom en lettres d’or sur une plaque de marbre installée au-dessus de leur porte ». Les autres employaient une « périphrase compliquée ». Sous Louis XV et Louis XVI, des tentatives eurent lieu à Paris, stoppées par les riches qui ne voulaient pas être sur le même pied d’égalité que les pauvres. Il faut donc attendre la Révolution de 1789 pour que la numérotation se précise. Elle est réalisée à Paris par district (et non par rues), ce qui donna des numéros élevés (1087 rue du Bac par exemple). Le décret du 15 pluviose an XIII (4 février 1805) prit par Napoléon 1er décide la numérotation des rues à Paris en numéros pairs pour le côte droit de la rue, impairs pour le côté gauche. Le décret complet est proposé sur le site 1789-1815 de Bernard Coppens. Bien sûr tout ne s’est pas fait en un jour, notamment en province mais la numératotation était lancée pour ne plus s’arrêter.

adresse_cailleau_paris
rue et numéro pour Cailleau et Fils en 1791. Notez aussi l’emploi des chiffres arabes pour la date.
adresse_colas_paris
en latin, place de la Sorbonne au numéro 412 !
adresse_magasin_librairie
Au numéro 683 rue S. Hyacinthe à Paris, An V de la République Française
adresse_paris_gide_fils
la numérotation est actée

Aparté catalographique (pour les catalogueurs et les esprits curieux) : l’adresse bibliographique

L’adresse bibliographique comprend le lieu d’édition, l’éditeur et la date d’édition (en gros). Elle correspond à la  zone 4 de la structure d’une notice selon la norme ISBD pour le catalogage d’une monographie. Pour le livre ancien cette zone peut s’avérer particulièrement retors en cas de fausse adresse, d’absence de lieu, d’imprimeur-libraire, d’année…

Ci-dessous quelques exemples d’adresses du 17e et du 18e siècle.

Sources :

La numérotation des immeubles [article sur Wikipédia]

MAYRAN, JACQUES. Napoléon décide le numérotage des rues.  Historia. 1955. n°99

Léo Mabmacien

adresse_musier_paris
Rue et enseigne pour l’adresse de Jean Musier
adresse_machuel_rouen
Machuel à Rouen, bien placé en face du Palais de justice
adresse_joly_avignon
Joly à Avignon ne donne pas trop d’informations…
adresse_jean_briard
Juste une rue pour Jean Briard, mais quel nom de rue !
adresse_hansy_paris
adresse classique : rue et enseigne
adresse_gogue_paris
Le Quai des Augustins comme la rue St Jacques abritaient de nombreux imprimeurs-libraires
adresse_foppens_anvers
Marché aux Oeufs à Anvers
adresse_denys_thierry
Curieux : devant la rue du Plâtre

adresse_veuve_pierres

adresse_veuve_duchesne
La Veuve Duchesne utilise un élément architectural (une fontaine) pour son adresse
adresse_vente_paris
la proximité d’un établissement religieux peut être utile
adresse_quinet_paris
Un autre libraire situé au Palais mais pas dans la Grande Salle à Paris

adresse_prault_paris_2

adresse_prault_paris

adresse_pralard_paris

adresse_philippes_grenoble

Publicités

10 réflexions au sujet de « La numérotation des rues et les adresses des imprimeurs-libraires »

  1. Merci Léo de ces indications fort intéressantes. Vous mettez le doigt sur de petites choses auxquelles le bibliophile n’est pas nécessairement attentif et qui font pourtant tout le sel de notre passion. J’y prêterai désormais attention.
    René

  2. J’insiste : Très bel article, plein de poésie et d’amour du livre et de leurs éditeurs dont les maisons sont dans des lieux merveilleux :  » proche le RR. PP. de la Compagnie de Jésus  » ;  » à la source des Sciences, au bas du Pont Saint-Michel  » ;  » au Palais, en la GaLLerie des Prisonniers, à l’Ange Gabriel  » ; « au bas de la montagne …  » ; « au-dessous de la Fontaine …  » ; « vis-à-vis St Yves …  » « devant la rue du Plâtre …  » à  » l’L couronné.  »
    Merci de ce voyage. C’est vrai que les livres anciens ne sont pas seulement intéressants pour le texte d’auteur mais mille autres choses !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s