Mazarinum, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Mazarine


La plus ancienne bibliothèque publique de France vient de se doter d’une bibliothèque numérique nommée Mazarinum. Ses collections avoisinent les 600 000 documents mais vous ne trouverez pour l’instant que 73 documents numérisés, une partie des incunables (2400 en tout) et post-incunables que renferme la bibliothèque. Viendront se rajouter sous peu des manuscrits (une quarantaine sur 5000) et d’autres documents. La navigation est aisée (plusieurs modes sont proposés dont une frise chronologique et une géolocalisation), la présentation est très claire et la recherche est très détaillée. Les documents numérisés seront aussi disponibles dans Gallica et Europeana ce qui est très bien. Par contre si vous voulez avoir accès au texte intégral, cela se gâte !

Par défaut, vous ne pouvez que faire une lecture en ligne du livre (en mode feuilletage). Si vous voulez la version pdf, il vous faudra faire une demande de reproduction (gratuite) en attendant une fonction téléchargement direct à venir. Et pour finir, les mentions légales ne permettent pas une réutilisation commerciale gratuite des documents. Un nouvel exemple de copyfraud ! Quelle galéjade…

 La bibliothèque numérique Mazarinum

Léo Mabmacien

NB : quid des mazarinades ?

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Mazarinum, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Mazarine »

  1. encore une bonne occasion transformée en canard…Je trouve de toutes façons les notices en France assez succinctes, voire vraiment sommaires …:Le système italien ICCU est excellent – même si parfois avec quelques coquilles inattendues , mais avec de plus en plus de livres digitalisés . C’est aussi le seul qui en Europe donne accès à des notices satisfaisantes et plutôt complètes , avec quasiment toujours l’empreinte du livre , ce qui est encore assez rarement le cas, ailleurs..

    Par Contre la lettre d’info de Gallica mérite d’être signalée et saluée car assez unique en son genre . Quand les grandes bibliothèques pensent bien les choses, elles savent être à la hauteur de l’exceptionnel patrimoine qui leur est confié et combler ainsi les amateurs : comme il n’était pas possible de le faire auparavant. ! Les livres et le savoir , doivent être diffusés. et non pas enfermés dans des forteresses ou réservés à une élite financière. C’est la pensée et son vecteur le livre qui font le savoir depuis toujours et surtout depuis le père Gutemberg… autrement ce somptueux relais au frigo….ou dans les coffres risque de nourrir les vers et les derniers savants destinés à être bientôt privés d’auditoire … Bravo et merci pour votre initiative excellent (s) Bibliomab.

  2. Ah ! l’empreinte du livre : fastidieux, inutile et, en outre, insuffisant pour les études en bibliographie matérielle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s