Des pages en papier chandelle dans les livres anciens


Voici un exemple intéressant de livre (pièce de théâtre imprimée en 1803) comportant un cahier de 8 pages avec un papier différent des autres pages. Le papier utilisé est gris bleuté. On l’appelle le papier chandelle ou papier à chandelle, un papier de mauvaise qualité qui est juste bon à envelopper des chandelles nous dit le CNRTL. Ce papier, gris, grossier était destiné à l’origine à l’emballage des chandelles. On en rencontre souvent dans les impressions françaises après la Révolution de 1789, période de pénurie de papier et dans les livres de colportage. Il a été surtout utilisé comme reliure d’attente principalement pour les brochures, les numéros de revues et les livrets comme dans l’exemple ci-dessous.

papier_chandelle_theatre2
papier chandelle (la photographie ne rend pas bien la couleur mais le papier est gris bleuté)
papier_chandelle_theatre
autre page en papier chandelle
couture_livre
Brochure avec sa couverture d’attente gris-bleu

 

Léo Mabmacien

7 réflexions au sujet de « Des pages en papier chandelle dans les livres anciens »

  1. Je connaissais le terme – papier chandelle – sans pouvoir le définir précisément. Voilà qui est fait. Merci Léo. Pierre

  2. Bonjour.
    Ayant longtemps travaillé dans un service d’archives,
    j’ai très souvent manipulé des ouvrages comportant du papier à chandelle,
    Je n’en connaissais même pas le terme.
    Voilà qui est fait en quelques secondes grâce à votre site !
    Merci.

    (au fait, c’est grâce à… Jean-Paul Sartre que j’ai atterri ici. Il écrit dans « Les mots » :
     »Je me complus à mon obscurité, je souhaitai la prolonger, m’en faire un mérite. J’enviai les détenus célèbres qui ont écrit dans des cachots sur du papier à chandelle. » (collection Folio, page 155.)

  3. Il y a tout juste un an, votre site m’avait… éclairé sur le terme « papier à chandelle », dont je cherchais une définition afin de créer une entrée dans le Wiktionnaire pour une citation de Sartre.

    Un passage du « Voyage en Espagne » de Théophile Gautier en 1840 vient de fournir un deuxième exemple de l’emploi de ce mot, que je viens d’ajouter au même Wiktionnaire :

    « Ce qui s’est écrit de pièces de théâtre en Espagne, pendant le XVIe et le XVIIe siècle, dépasse l’imagination ; autant vaudrait compter les feuilles des forêts et les grains de sable de la mer : elles sont presque toutes en vers de huit pieds mêlés d’assonances, imprimées en deux colonnes in-quarto sur papier à chandelle, avec une grossière gravure au frontispice, et forment des cahiers de six à huit feuilles. Les boutiques de librairie en regorgent. — (Théophile Gautier, « Voyage en Espagne », 1840, édition Charpentier, 1859)

    Le texte complet du « Voyage en Espagne » est accessible sur Wikisource.

    Merci encore.
    Justinet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.