La bibliothèque numérique de l’Institut Catholique de Paris


L’Institut Catholique de Paris vient de lancer sa bibliothèque numérique sur Internet, offrant un premier corpus concernant des photographies anciennes du Proche-Orient et de la Terre sainte. A ces photographies il faut rajouter un Évangéliaire copte-arabe de 1250. Quelques focus thématiques sont également proposés sur des documents ou des fonds particuliers. La bibliothèque numérique renvoie par ailleurs dans sa rubrique « Hic&Alibi » à d’autres documents numérisés et mis en ligne sur d’autres sites (Gallica, Cuneiform Digital Library Initiative, base Medium de l’IRHT).

A terme selon le communiqué, « c’est tout un ensemble de ressources iconographiques (photographies, estampes), d’imprimés et de manuscrits qui sera diffusé et valorisé via la bibliothèque numérique ».

L’interface est simple et facile d’accès. Par contre si vous voulez télécharger un document il faut cliquer sur « imprimer ou télécharger un document » sur le lecteur puis sélectionner « imprimer la page 1…2 etc ». Le document pourra être alors sauvegardé au format pdf. Pas des plus clair. Par ailleurs la bibliothèque impose des restrictions  sur les numérisations (réutilisation commerciale), pratiquant le copyfraud. Dommage.

Au niveau de la valorisation, il est prévu que le « corpus numérisé pourra faire l’objet d’articles dans une rubrique spécifique « Archives et Bibliothèques » du carnet de l’Unité de recherche pluridisciplinaire « Religion, culture et société » de l’Institut catholique de Paris (EA 7403).

La bibliothèque numérique de l’Institut Catholique de Paris

Léo Mabmacien

Advertisements

2 réflexions au sujet de « La bibliothèque numérique de l’Institut Catholique de Paris »

  1. Merci pour cette information. Toute ma jeunesse ou presque (j’ai fait mes études au sein de ce vénérable établissement).
    Je me posais la question suivante (ce n’est d’ailleurs peut-être pas le lieu pour la poser ?) : le site répertorie des bibliothèques numériques qui renferment de grands trésors. Pour la plupart, elles donnent accès à des documents rares, voire rarissimes, d’un haut intérêt historique, artistique, littéraire, documentaire… Certaines donnent même l’accès à des incunables.
    Mais qu’en est-il de la position des bibliophiles par rapport au numérique ? Si le contenu est là, pas l’objet…
    Si un fil de bibliomab traite déjà de ce thème, pardon par avance.

  2. Merci Freddy,

    La version numérisée permet au bibliophile de faire des recherches sur un document souvent difficile à consulter (éloignement, conditions de consultation..). Rien ne remplace l’objet que l’on peut toujours aller consulter… les deux pratiques sont possibles… C’est mon avis ;-)
    Léo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s