Les collections du musée Albert Kahn


Banquier-philanthrope, Albert Kahn (1860-1940) aura rassemblé « un important fonds iconographique intitulé Archives de la Planète, collection constituée d’autochromes (photographies en couleurs sur plaques de verre) la plus importante au monde, et de films en noir et blanc, fonds conservé au musée départemental Albert-Kahn » (source Wikipédia). Face à la disparition de certains modes de vie et face aux mutations amorcées au début du 20e siècle, il s’agissait pour Albert Kahn (pacifiste) de recueillir des témoignages visuels des réalités culturelles d’une cinquantaine de pays. Il s’assurera l’aide d’une douzaine de collaborateurs envoyés en mission entre 1909 et 1931 afin de créer ces Archives de la planète. Au total plus de 72 000 plaques autochromes, 4000 plaques stéréoscopiques et une série de films (100 heures de projection) ont été récoltés et se trouvent aujourd’hui au Musée département Albert Kahn dans les Hauts-de-Seine à Boulogne-Billancourt.

Selon le site internet du musée : « ces films et ces photographies illustrent la vie quotidienne, la vie économique, politique et sociale, les évènements historiques et les enterrements de personnalités, ainsi que tout les sujets liés à la géographie humaine tels l’habitat, les costumes ou les transports mais aussi l’art, la culture, les religions, les milieux naturels ».

Afin de mettre en valeur cette collection et de la faire partager à tous, un site dédié propose actuellement plus de 60 000 images numérisées, le tout en « opendata » sous une licence spécifique (pas d’utilisation commerciale, pas de modification des images, source à mentionner). Et le musée de préciser que toutes les images ont été « marquées » par une mention indiquant sa source : « Albert Kahn – musée départemental » comme sur cette photographie :

Une rue du quartier turc: maison bleue, Monastir (actuelle Bitola), Macédoine, mai 1913, (Autochrome, 9 x 12 cm),
Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 2 046

Cette mise à disposition semble généreuse à première vue mais j’ai quelques remarques à formuler :

  • la présence d’une signature disgracieuse sur l’image est totalement inutile, la légende (intégrée automatiquement) suffisant largement. Si le musée a tellement peur pour ses fichiers autant ne pas les proposer sur internet !
  • les fichiers à télécharger sont de très basse qualité (moins de 1 MO) ce qui confirme de nouveau la peur du musée face à une éventuelle utilisation « malhonnête » (le site précise bien : « Le rôle du musée est de veiller à la protection du droit moral des collections dont il est le garant, au respect de la citation du nom des auteurs et de l’intégrité des œuvres »).
  • ces obstacles n’ont pas lieu d’être d’autant plus que pour certains auteurs importants comme Auguste Léon (mort en 1942 et dont 10 000 photographies sont reproduites), le droit d’auteur a expiré (70 après la mort). Le musée évite de mentionner que les oeuvres sont pour beaucoup dans le domaine public, n’évoquant que le droit moral ! Cette copyfraud n’est malheureusement pas à son honneur surtout en mettant en avant « une collection unique enfin accessible à tous ».

Les collections du Musée Albert Kahn

Léo Mabmacien

 

Crédit photo : Au marché (Sarajevo, 1912). Auguste Léon (1857-1942). Market scene in Sarajevo, Bosnia-Herzegovina, 1912. Autochrome from Albert Kahn’s Archives de la planète.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les collections du musée Albert Kahn »

  1. Dommage, d’envisager l’Internet comme un lieu de fraude plutôt que de partage, de diffusion de la connaissance.
    Je suis allée faire un tour sur leur site ; il est si peu ergonomique que je n’ai pas su trouver comment visionner un diaporama… :-(

  2. Bonjour.
    Je suis bien d’accord avec vos remarques. On est tout d’abord réjoui d’apprendre cette mise à disposition attendue depuis longtemps du fonds Albert Kahn, jusque-là seulement accessible par bribes d’un livre à l’autre ou réservé aux visiteurs du musée (et encore). Ensuite, c’est la douche froide. Pas moyen de voir ces photos correctement, la démarche en plus d’être bête est à la limite sadique.
    Par comparaison, quand on pense au magnifique travail — qu’il me soit permis de le citer — de Laurent Gloaguen (sur le site vergue.com) qui nous laisse accéder aux photos de Marville et consort en très haute résolution et avec un luxe de précisions historiques, techniques et topographiques, on ne peut qu’être déçu par la stupide mesquinerie des restrictions infligées par le musée départemental Albert-Kahn. Ce comportement étriqué, d’une autre époque, est désolant.
    Merci pour votre site très instructif (y compris pour des non-bibliophiles) et pour vos intéressants commentaires.

  3. Je ne peux que conseiller toutes les expositions de ce lieu magique. Les thèmes changent régulièrement, les documents présentés sont en général aussi exceptionnels qu’uniques. Je m’y rends dès que je peux.
    Et la visite serait incomplète si l’on n’allait pas se promener dans le très beau jardin japonais attenant, l’un des plus beaux de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s