Là-bas par Joris-Karl Huysmans : petite recension des livres cités par l’auteur


Pour faire suite à l’article de Léo consacré à la bibliothèque de Jean des Esseintes, je me suis livré au recensement des livres auxquels l’auteur fait allusion, dans son roman Là-bas qui fut publié quelques années plus tard (1891). Le personnage central du récit est l’écrivain Durtal (un double de l’auteur), que l’on retrouvera dans plusieurs romans ultérieurs – L’oblat, En route et La Cathédrale.

Dans la mesure de mes moyens, je me suis attaché à réunir une bonne partie de ces ouvrages.

Commençons par la bibliothèque de CARHAIX,  le sonneur de cloches de l’église Saint-Sulpice de Paris : si on n’y trouve pas le luxe de la Bibliothèque de A rebours, on peut cependant citer des pièces rares et curieuses.

1 – MAGIUS JÉRÔME. Hieronymi Magii Anglarensis DE TINTINNABULIS liber posthumus. Franciscus Sweertius F. Antverp. notis illustrabat. Editio novissima auctu, emendata et figuris zeneis exornata. – Edition imprimée à la manière des Elzéviers, ornée d’un frontispice symbolique représentant une femme frappant l’intérieur d’une cloche avec un marteau. L’auteur, Jérome Magius  mourut en 1572 à Constantinople, étranglé dans la prison où il avait composé son Traité Des Cloches.

AMSTERDAM – WETSTENIUM H. – 1691  –  L’E.O. est de 1608  – Hanoviae. in-8, fig. sur bois.

2 – THIERS J.B. – TRAITÉ DES CLOCHES ET DE LA SAINTETÉ DE L’OFFRANDE DU PAIN ET DU VIN AUX MESSES DES MORTS, non confondu avec le pain et le vin qu’on offrait sur les tombeaux, par Jean-Baptiste Thiers docteur en théologie et curé de Vibraye.

Cet ouvrage posthume est l’un des plus curieux parmi ceux de cet érudit théologien qui naquit là Chartres en I636 et mourut dans sa cure de Vibraye en 1703.Il y traite du nombre de « sonnettes qu’il y avait au bas de la tunique d’Hyacinthe du Grand Prêtre de la Loy », des sonneries destinées à « chasser les démons qui sont dans l’air et qui empêchent les fidèles de prier » ; de celles qui dissipent « les tonnerres; les orages et les tempêtes. ce qui ne se fait  par la vertu divine qui leur est imprimée lorsqu’on les bénit.

PARIS – JEAN DE NULLY – 1721 ; in-12 de 270 p. – E.O.

3 – ABBÉ SAUVETERRE – ESSAI SUR LE SYMBOLISME DE LA CLOCHE dans ses rapports et ses harmonies avec la religion. par un prêtre du Clergé de Poitiers.

POITIERS – OUDIN HENRI – 1859 – In-8  de VIII et 447 p.  E.O.

4 – BLAVIGNAC – LA CLOCHE.  Etude sur son histoire et sur ses rapports avec la société aux différents âges. Précédée: d’une notice sur l’auteur par l’Abbé Fleury.

C’est l’ouvrage capital sur la question et c’est dans la bibliographie placée en tête du volume que J.-K. Huysmans a trouvé les titres des livres qu’il place chez Carhaix.

GENÈVE – GROSSET & TREMBLEY – 1877  – In-8. de XXVIII et 478 p.  E.O.

5 – PLUQUET FRANÇOIS ANDRÉ ABBÉ – DICTIONNAIRE DES HÉRÉSIES

Mémoires pour servir à l’histoire des égaremens de l’esprit humain par rapport à la religion chrétienne, ou Dictionnaire des hérésies, des erreurs et des schismes, précédé d’un Discours dans lequel on recherche quelle a été la religion primitive des hommes, les changemens qu’elle a soufferts jusqu’à la naissance du Christianisme, les causes générales, les liaisons et les effets des hérésies qui ont divisé les chrétiens.

PARIS – DIDOT – 1776 – 2 Volumes.

6 – GÖRRES JOSEPH von  – LA MYSTIQUE DIVINE, NATURELLE ET DIABOLIQUE

« Oeuvre d’un intérêt capital, dans laquelle l’illustre écrivain et philosophe allemand sonde avec une pénétration merveilleuse les mystères les plus profonds de l’ordre surnaturel ; c’est le travail le plus beau et le plus complet qui ait jamais été fait sur la question. » [¶ Caillet]

PARIS – POUSSIELGUE – 1861 – 5 Volumes

 

7 – CARRÉ (DOM REMI). RECUEIL CURIEUX ET ÉDIFIANT SUR LES CLOCHES

Cet ouvrage, paru sans nom d’auteur (un religieux de St-Benoist), contient en plus de quelques détails curieux sur l’histoire des cloches, le cérémonial pour la fonte et la bénédiction selon le rituel de Paris. –

FAC-SIMILÉ de l’édition de Cologne et Paris chez la veuve Lamesle – 1757 ; pet. in-8, de 104 p.

 

En dehors de ces quelques livres campanaires, il en existe d’autres que Carhaix ne possédait pas. « Les meilleurs manquent » dit-il, « mais dame c’est rare et puis c’est si cher quand on les trouve. »

Il cite notamment le De Campanis Commentarios d’Ange Rocca (1545-1620), daté de 1612.

 

Dans le domaine du satanisme, Carhaix se réfère également à  Saint Augustin, Saint Thomas,  Saint Bonaventure, Denys le Chartreux, Jacques de Voragine (Saint Hippolyte), Martin Delrio, Jean Bodin, l’alchimiste Van Helmont.

Du fait de ses relations avec le docteur des Hermies, il cite également plusieurs auteurs dans le domaine de la médecine : Brown-Séquart, le Comte César Mattéi inventeur de l’électro-homoeopathie.

 

Il mentionne également, dans la bibliothèque du docteur :

PIERRE DU MOULIN – ANATOMIE DE LA MESSE  Où est monstré par l’Escriture Saincte, et par les tesmoignages de l’Ancienne Eglise, que la Messe est contraire à la parole de Dieu, et éloignée du chemin du Salut.

GENEVE – BENJON MATTHIEU – 1636 RL.VELIN.

Il cite encore des ouvrages sur l’ésotérisme, l’occultisme, le spiritisme et  la religion :

– LA DÉMONIALITÉ ET ANIMAUX INCUBES de Sinistrari d’Ameno

PARIS – LISEUX  – 1875

– LES DIABLES DE LOUDUN de Nicolas Aubin

AMSTERDAM – 1752 – COMPAGNIE DE JÉSUS  (adresse factice)

– L’IMITATION DE JÉSUS-CHRIST attribué à Thomas A Kempis

TOURS – MAME & FILS – 1876.

– LE RATIONAL de Guillaume Durand

– LA FORCE PSYCHIQUE  du physicien britannique William Crookes

 

Dans  Là-Bas, le narrateur de l’histoire est sensé composer une histoire de Gilles de Rais, Seigneur breton compagnon de Jeanne d’Arc, condamné au bûcher pour meurtres barbares et sataniques. J.K. H. le présente comme un des Esseintes du XVe siècle.

 

On trouve donc plusieurs références sur ce personnage :

-Gilles de Rais dit Barbe bleue de l’Abbé Eugène Bossard. L’auteur a eu accès à toutes les archives et livre une biographie historique du seigneur de Tiffauges. Réédition de 1992 chez Millon Jérôme.

– Vallet de Viriville qui a donné une édition de la Chronique de La Pucelle où le Sieur de Rais est cité à plusieurs reprises ; avec d’autres Seigneurs il apporta la Saincte Ampoulle pour le sacre de Charles VII.

René de BLC

Publicités

2 réflexions au sujet de « Là-bas par Joris-Karl Huysmans : petite recension des livres cités par l’auteur »

  1. Belle présentation et travail de recensement bien intéressant.
    On parle d’une prochaine édition d’Huysmans dans La Pléiade : un rêve enfin réalisé pour beaucoup de passionnés de cette collection.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.