Echantillons de tissus : des Galeries Lafayette aux Grands magasins du Louvre, de la Samaritaine au Printemps


Échantillons des Galeries Lafayette

J’ai eu la chance de récupérer des échantillons de tissus provenant des Grands Magasins du Printemps, des Galeries Lafayette, de la Samaritaine et des Grands Magasins du Louvre, tous situés à Paris. Ils datent probablement des années 30 comme la lettre ci-dessous des Grands Magasins du Louvre.  Imprimés éphémères, ces échantillons étaient expédiés par La Poste aux clientes (« aux dames ») afin qu’elles fassent leurs choix parmi la multitude de tissus proposés.

Ces échantillons sont collés ou agrafés sur papier. Une manne pour les imprimeurs de travaux de ville à Paris qui composaient et imprimaient ces supports pour échantillons.

Enveloppe pré-imprimée avec à gauche le cartouche des Grands Magasins du Louvre. Lettre envoyée en 1934.
Lettre contenue dans l’enveloppe ci-dessus
Echantillons des Grands Magasins du Printemps, Laguionie et Cie
Document imprimé par Henri Meyer Fils à Paris pour les Grands Magasins de la Samaritaine
Echantillons fermés pour les Grands Magasins du Printemps
Enveloppe d’envoi d’échantillons avec son système de fermeture
Echantillons proposés par les Galeries Lafayette
Soieries : des occasions exceptionnelles

Pour aller plus loin :

La Bibliothèque Forney à Paris conserve de nombreux échantillons de tissus, à Lyon vous pouvez visiter le Musée des Tissus et son centre de documentation.

 

Léo Mabmacien

2 réflexions au sujet de « Echantillons de tissus : des Galeries Lafayette aux Grands magasins du Louvre, de la Samaritaine au Printemps »

  1. Pour les anciens, toujours avides de documents, ces pochettes d’échantillons sont très intéressantes.
    On peut encore parfois trouver des échantillons de laines à tricoter qui étaient envoyés par les grossistes de vente par correspondance. Comme tous les éphémères ces témoignages furent malheureusement jetés ou brûlés.

    René de BLC

  2. Ça, ce sont des vrais documents de collection ! Ça me rappelle un peu les cartons de présentation des fèves des rois utilisés par les représentants de Limoges Castel ou encore Ranque Ducongé (tous à Limoges) à destination des boulangers et pâtissiers pour promouvoir leur catalogue de fèves en porcelaine, avec les trois versions (biscuit, émaillé blanc ou émaillé peint). Il me semble que ces présentoirs existaient même à l’époque des fèves d’avant la Première Guerre mondiale. Le plus difficile est de se procurer l’iconographie correspondante – sans parler d’en trouver encore un d’origine ! On peut néanmoins en voir dans l’ouvrage d’Huguette Botella et Monique Joannès « Le Guides des fèves anciennes et modernes » (fèves d’avant la déferlante chinoise des années 80 s’entend !).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.