Label Emmaüs, bon plan pour les livres anciens ?


A l’instar de Martin Hirsch, passé à la direction d’Emmaüs France, Maud Sarda a réussi à transporter Emmaüs sur le web en proposant un site de vente en ligne d’occasion (un « e-shop militant ») propre à concurrencer les géants du web comme Le bon coin et Amazon. Mazette ! Il faut dire que Maud Sarda a réussi à convaincre la direction d’Emmaüs de créer une nouvelle société,  » « Label Emmaüs », une société anonyme dont elle a pris la direction.

Le fonctionnement est simple : Label Emmaüs rachète des invendus aux Emmaüs et les revend sur son « marché en ligne ». Les communautés Emmaüs ont également leur propre boutique en ligne. La société prend 10% d’une vente, le reste est reversé à la communauté Emmaüs ou à l’association qui a mis l’objet en ligne. Label Emmaüs propose son site de vente en ligne à d’autres associations en échange de parts dans le capital et d’un engagement dans le « mouvement ». Ainsi le site Label Emmaüs nous propose à la vente une foule d’objets : livres, déco, loisirs, « high tech », électroménager, mobilier, créations… Sa directrice ne cache pas son ambition (elle a fait une école de commerce et elle a bossé dans une entreprise de conseils) : créer des emplois mais surtout créer une « marketplace », un Amazon militant et solidaire, le tout en fait grâce à nos dons… L’ abbé Pierre comme force de vente !

N’oublions pas en France Rakuten, Cdiscount ou encore la Fnac qui vient de s’associer à Label Emmaüs

Nous sommes ici bien loin des communautés Emmaüs et du charme discret (suranné) de leurs lieux physiques de vente, où il faut se lever de bonne heure pour la bonne affaire (ou la mauvaise affaire ?), revenir souvent, flâner, rencontrer des gens… Lisez cet interview d’un employé, Nico, qui parle de son travail dans l’entrepôt de la société.

Pour en revenir au site en ligne, je me suis intéressé à la partie « Livres rares et belles reliures« . Il va sans dire qu’il est très rare de trouver des livres anciens (je parle avant 1830) dans les Emmaüs physiques. Le site en propose quelques uns, malheureusement chers (un tome second d’une édition quelconque à 45€ par exemple) et souvent forts mal décrits. Il faut dire que ce ne sont pas des spécialistes qui font les notices, un peu comme Le Livre.fr qui propose lui en plus des prix prohibitifs ! Parmi la sélection on trouvera des livres très récents ou qui n’ont rien à faire dans une telle catégorie. Peut mieux faire donc.

Bref, allez plutôt sur Ebay ;-)

 

Léo Mabmacien

5 réflexions au sujet de « Label Emmaüs, bon plan pour les livres anciens ? »

  1. Merci tout de même pour la découverte, même si, pour l’instant, le site est loin de pouvoir concurrencer les grandes plateformes américaines. Bien entendu, ils ne sont pas spécialistes (et notamment de livres anciens), mais l’initiative est louable.

  2. Lien très intéressant que celui sur les intermédiaires crapules.

    Je ne sais pas si je peux rebondir ici ? – sinon, Léo, vous pouvez effacer mon intervention :-)

    Non seulement « le livre et les libraires ne sont pas épargnés » mais encore on les trouve de plus en plus présents dans ce domaine. Je ne sais pas en ce qui concerne la véritable bibliophilie qui attire des connaisseurs, mais pour ne parler que des Pléiade qui s’adressent à un public plus large et pas forcément connaisseur, j’ai noté cette propension des arnaqueurs à proposer des Pléiade « épuisés » ou « indisponibles provisoirement » (ou même censés l’être prochainement !) à des prix totalement honteux, et notamment sur l’une des plus grandes plateformes de vente aux enchères (la fameuse « baie »). Or il existe de bon vendeurs sur cette même plateforme – d’où la confusion entretenue. Je ne résiste pas à évoquer des coffrets en édition théoriquement limitée à 400 € (l’un d’eux a même été proposé à 4000 € !) et des volumes certes peu diffusés mais trouvables à 200 € et plus.
    Bien entendu, de même que les mensonges n’engagent que ceux qui les croient, on dira que les arnaqués n’ont qu’à s’en prendre qu’à eux-mêmes. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça ; mais comme il n’existe pas de police du net destinée à traquer ce genre d’abus, je pense que ceux qui « savent » se doivent d’intervenir en tant que « lanceurs d’alerte » auprès des plateformes en question. Même si ce n’est qu’un goutte d’eau dans l’océan, elle vaut d’être versée…

    Pour en revenir au sujet principal du fil, Léo en effet ce site ne se différencie pas des autres, si ce n’est pas l’argument (sommes reversées à l’association). Mais vous connaissez comme moi des sites qui nous ont fait rêver – à titre d’exemple Abebooks – et qui ont rapidement terminé dans le giron des géants (en l’rAmazon). Difficile d’être « indépendant » en temps normal, et probablement plus difficile encore en ces sinistres temps de confinement… :-(

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.