Par ordre de l’empereur. Enquête sur les jeunes filles à marier dans la Seine-Inférieure (1810-1811)


Pierre Le Verdier (1854-1935), avocat à la Cour d’appel de Rouen, conseiller général de la Seine-Inférieure et membre de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Rouen, exhume dans cette rare plaquette (100 exemplaires hors-commerce) un aspect peu connu de l’empereur Napoléon 1er. En 1810, Napoléon voulut procurer à ses généraux des « établissements par mariage », c’est à dire trouver des jeunes filles convenables et riches pour ses soldats qui se sont distingués dans ses armées. Pierre Le Verdier a retrouvé un dossier conservé aux Archives départementales de la Seine-Inférieure qui revêle comment cette enquête a été menée. Selon lui cette enquête eu lieu dans tout l’Empire, « au moins dans les départements riches ».

Le tableau divisé par colonnes mentionne pour chaque demoiselle son nom, son âge, les noms de ses père et mère, leur âge, leur demeure, leurs qualités anciennes et leur état actuel, leur fortune, la dot présumée. Une colonne d’observation est réservée « pour indiquer les agréments physiques ou les difformités, les talens, la conduite et les principes religieux de chacune de ces demoiselles ». Ainsi l’on aura des observations comme « physique avantageux, bien élevée », « grande et bien faite, ni belle ni laide, élevée dans de bons principes religieux », « promet d’être grande, bien faite, figure agréable, élevée dans les meilleurs principes » etc… L’auteur nous informe que cette démarche n’a pas porté ses fruits, « car on ne voit pas qu’aucun mariage s’en soit suivi ».

Notice du livre :

Par ordre de l’empereur. Enquête sur les jeunes filles à marier dans la Seine-Inférieure (1810-1811) / Pierre Le Verdier

Rouen : Imprimerie Léon Gy, Albert Lainé successeur, 1921

1 vol. (12 p.) : in-8

Tiré à 100 exemplaires non mis dans le commerce.

Léo Mabmacien

4 réflexions au sujet de « Par ordre de l’empereur. Enquête sur les jeunes filles à marier dans la Seine-Inférieure (1810-1811) »

  1. je confirme qu’on trouve des enquêtes de ce type dans tous les départements ; il s’agissait d’établir les responsables des nouvelles administrations (militaire, préfet et cie) en les appariant au gratin des notables locaux d’ancienne souche, nobles ou riche bourgeoisie négociante. J’imagine le sous-secrétaire de préfecture chargé de mener l’enquête, notant la fortune des parents et leurs opinions politiques, et, en douce, l’allure et les prouesses des jeunes filles sur la piste de danse… et ailleurs :)

  2. C’est une découverte tout à fait passionnante ; pour ma part, si je connaissais l’existence de ces pratiques, je n’avais jamais eu vent de l’existence de tels ouvrages. À conserver précieusement comme témoignages de notre histoire sociale, par ces temps où le politiquement correct aurait plutôt tendance à les faire disparaître…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.