« Les meilleurs livres » chez Arthème Fayard, une collection bon marché


« Un autre jour, il voit un écolier peiner à recopier des extraits d’auteurs classiques dans des livres de bibliothèque que ses parents refusent de lui laisser emporter à l’école. Il lance la collection de petits classiques scolaires « Les Meilleurs livres », à dix centimes, dont les titres vont de Homère à Hugo. Pas un étudiant de la première moitié de ce siècle qui n’ait appris un texte ou cherché une traduction grecque ou latine dans un de ces petits volumes » (Fayard – Notre histoire).

Après avoir vu les collections Le Livre de Demain et Bibliothèque Universelle de Poche, intéressons-nous cette fois-ci à la collection Les meilleurs Livres, toujours éditée par Fayard, plus précisément la librairie Arthème Fayard. Cette collection, sous-titrée « Collection littéraire publiant tous les chefs-d’œuvre français et étrangers, anciens et modernes » aurait débuté en 1913, reprenant des classiques auparavant parus en fascicules à 10 centimes selon la revue Livres de France, n°225-227, 2000.

Les volumes étaient vendus dans les librairies et les gares. Ils ont notamment été imprimés par l’imprimerie Ramlot et Cie, 52 avenue du Maine à Paris et par la Régie Imprimerie Crété à Corbeil. Comme pour la Bibliothèque universelle de Poche il s’agit de proposer des livres à prix modiques donc avec un fort tirage et un faible coût de fabrication. Le papier employé est très fin, peu soigné, les livrets sont agrafés et non reliés.  D’un format in-16, le prix varie de 50 centimes à 1f40 selon les époques.

La collection se serait arrêtée vers 1946 (selon mes recherches dans les catalogues). Je suis preneur d’informations supplémentaires (en commentaires merci).

4e de couverture d’un volume présentant le catalogue de la collection
Plusieurs couvertures. On remarquera les changements de prix et l’usage des couleurs selon les genres
Page intérieure

Léo Mabmacien

3 réflexions au sujet de « « Les meilleurs livres » chez Arthème Fayard, une collection bon marché »

  1. Moreau, Régnard, Cazotte… Ils avaient vraiment beaucoup d’ambition littéraire. Admirable projet !
    Merci pour la découverte.
    Je n’ai pas réussi à remonter à la date de création des Petits classiques Larousse à l’aide desquels nous sommes nombreux à avoir découvert les œuvres classiques.

  2. ces titres partent aujourd’hui en masse en déchetterie par la plupart des libraires eux mêmes, il est donc grand temps de les faire connaître afin que des amateurs les recherchent et les collectionnent avant qu’ils disparaissent.

  3. vous pouvez voir l’exemplaire de La Peau de Chagrin, dans cette édition, lu par Jean-Paul Belmondo dans le film la Sirène du Mississippi de François Truffaut.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.