La reliure à la Bradel, quésako ?


Je voudrais évoquer avec vous un type de reliure particulier : la reliure à la Bradel (on parle aussi de cartonnage à la Bradel). On voit très souvent cette mention apparaître dans la description de livres en vente. l’encyclopédie Wikipédia nous donne la définition suivante :

« Une reliure est dite « à la Bradel » lorsqu’ elle se présente sous la forme d’un emboîtage avec un dos brisé. Le dos est dit « brisé » car il n’est pas collé aux cahiers ; on peut donc ouvrir complètement le livre sans risque et constater l’espace qui se crée. Le dos est généralement lisse et sans nerfs devenus inutiles. » (Source Wikipédia)

En voici un exemple en image :

reliure moderne à la bradel
reliure moderne à emboitage (plus récent que la reliure à la Bradel mais le principe est là) : on voit bien l’espace libre avec le dos

Nous pouvons ainsi ouvrir à plat un tel ouvrage sans risque d’abîmer le dos contrairement aux livres anciens dont le dos est collé aux feuillets comme ci-dessous (ou dans les livres modernes dont le dos est carré-collé) :

reliure dos collé
reliure dos collé

Ce type de reliure aurait été inventé par des relieurs allemands au 18e siècle et importé en France par un relieur du nom de Bradel.

Aujourd’hui on utilise un simple emboitage de la reliure, dit cartonnage emboité : ce sont uniquement des feuilles de garde qui sont collées au cartonnage :  » la couverture n’adhère au corps du livre que par le collage des feuilles de garde, en sorte que si ces feuilles viennent à se déchirer, elle se sépare aussitôt du volume » (Source : Manuel Roret du relieur sur le site du Moulin du Verger). Au contraire la reliure à la Bradel est beaucoup plus solide et longue à réaliser.

Pour aller plus loin :

La reliure Bradel / Godelieve Dupin de Saint Cyr, Marie Pia Jousset. Paris : Ulisse, 2003. ISBN 978-2844150554 (14,50 €)

L’art de la reliure bradel,demi-reliure, pleine peau / Paule Brunot-Fieux. Paris : Eyrolles, 2002. 978-2212110166 (39 €)

Léo Mabmacien

Advertisements

2 réflexions au sujet de « La reliure à la Bradel, quésako ? »

  1. J’adore les reliures à la Bradel quand elles sont bien faites, les bradel plein papier qui se sont fait dans la première partie du XIXe siècle ont souvent un charme fou et une praticabilité sans pareil.

    B.

  2. Tout à fait d’accord avec vous Bertrand.

    Belle journée à vous et aux lecteurs, lectrices

    Léo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s