Les gants : une mauvaise solution pour manipuler les livres anciens


gantsblancs

Je vous ai parlé déjà dans un précédent article de l’utilisation des gants blancs en coton pour la manipulation des livres anciens…

L’usage de ces gants permet normalement d’éviter d’altérer ou de salir le papier, enfin c’est ce que l’on croyait et moi également…

Que nenni ! Leur usage au contraire est vivement déconseillé. Selon un article publié dans la revue International Preservation News de l‘IFLA et intitulé « Fausses idées sur les gants blancs » (oui oui je sais l’article date de 2005 mais je viens de le découvrir !), leur utilisation a plusieurs inconvénients :

– les gants emmagasinent la saleté

– l’usage des gants rend la manipulation des ouvrages délicate (on tourne moins bien les pages et on peut corner très facilement une feuille)

D’autre part pour les auteurs, nous dit la bibliothèque de l’Université de Montréal, « les substances organiques (sueur, sébum) secrétées par la peau des mains sont trop limitées pour entraîner une dégradation chimique du papier [et d’autre part] le port des gants remonterait à une vingtaine d’années seulement et serait dû à la publicité faite par les fournisseurs auprès des conservateurs de bibliothèques. » (Source : http://www.bib.umontreal.ca/CS/bibliophiles/gants.htm).

La solution préconisée est le lavage régulier des mains au moyen d’un gel désinfectant et de limiter l’usage des gants en coton uniquement en présence d’un public (présentation d’ouvrages par exemple)… un effet uniquement pédagogique afin de montrer aux gens l’importance de ces livres et de leur douce manipulation !

Attention cet usage ne concerne que les livres, pas les documents photographiques par exemple qui nécessitent toujours des gants en coton !

Un article que je vous recommande vivement…

Les références de l’article :

Baker, Cathleen A. et Randy Silverman. « Fausses idées sur les gants blanc ». In International Preservation News , n° 37, Décembre 2005, pp.10-15.

Léo Mabmacien

6 réflexions au sujet de « Les gants : une mauvaise solution pour manipuler les livres anciens »

  1. Va pour le papier dont cet article traite surtout. mais pour les reliures auxquelles nous tenons?
    Personne ne m’a encore donné de réponse.

    Raphael

  2. Pas de besoin d’une étude, je gage que des mains bien propres sont bien plus à conseiller pour manipuler un livre ancien, fusse-t-il incunable ou du XVe enluminé, qu’une paire de gants sales (forcément puisque sinon il faudrait les laver à chaque changement de livre…)
    Cela me rappelle le conservateur du fond ancien de la ville d’à côté de chez moi, qui me faisait rire en faisant le « paon » en manipulant la campagne d’Egypte de Napoléon avec ses beaux gants blancs. Cinéma !
    Pour les photos, les gravures, c’est autre chose. Mais il faut savoir tout de même que c’est surtout « l’art et la manière de tourner les pages d’un vieux livre » qu’il faudrait enseigner aux néophytes qui font cela comme des chevaux de trait dans un champ….

    Amitiés, Bertrand

  3. Tout à fait d’accord avec vous Bertrand, la manipulation des livres anciens est la base. Quand je vois certaines personnes travaillant en bibliothèque manipuler des ouvrages comme des packs de bière, cela me désole…

    Bien cordialement
    Léo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s