Monogrammes et marques typographiques dans les livres anciens


monogramme_foppens
Monogramme de Barthelemy Foppens, repris par sa Veuve (sur une édition de 1707)

Parmi les marques typographiques que l’on rencontre dans les livres anciens, on peut mettre à part les marques constituées par un monogramme gravé sur bois ou sur cuivre (plus rare). Selon l’encyclopédie Wikipédia le monogramme est un « emblème qui réunit plusieurs lettres en un seul dessin, avec ou sans ornements supplémentaires. Comme tout emblème, il représente une personne, une entité ou un groupe. Il peut aussi servir à signer, à marquer un sceau, des meubles ou tout autre objet appartenant au propriétaire ou au titulaire du monogramme ». Ici le monogramme est constitué des initiales du nom et / ou du prénom de l’imprimeur-libraire.

Selon Pierre Gheno dans le Dictionnaire encyclopédique du livre, l’usage des marques typographiques s’inspire des marques de fabrique utilisées par les artisans, signes apposés sur des objets pour identifier leur provenance (ne pas oublier que le livre est un objet). Autre origine possible « l’usage des armoiries qui s’est développé depuis le 13e siècle ». On remarquera que les premières marques typographiques sur les incunables sont souvent composées d’un monogramme de l’imprimeur-libraire comme Durand Gerlier à Paris, Martin Havart à Lyon ou le Gymnase vosgien à Saint-Dié-des-Vosges. Les marques typographiques vont s’étoffer au 16e siècle et le monogramme va se retrouver reléguer dans un coin de la gravure soit disparaître.  On le retrouve en pleine forme à la fin du 17e siècle et au début du 18e siècle en France comme chez Jacques Josse (exemples ci-dessous et au-dessus)  à un moment où la marque typographique est en déclin.

monogramme_jacques_josse
monogramme de Jacques Josse (fin 17e- début 18e siècle)
monogramme de Sébastien Mabre Cramoisy (fin 17e)
monogramme de Sébastien Mabre-Cramoisy (1683)
monogramme_chaubert
Monogramme d’Hugues-Daniel Chaubert (1729)

Les marques typographiques avec monogrammes réapparaissent à la  fin du 18e siècle et surtout au 19e siècle comme dans les exemples suivants. Le monogramme apparaît de plus en plus dépouillé, retrouvant la simplicité de l’antique, suivant en cela le néoclassicisme et son retour à l’Antiquité.  Le monogramme, bien souvent accompagné d’avertissements et de signatures, est utilisé pour empêcher (ou limiter du moins) les contrefaçons. Le monogramme est ensuite conservé sur la page de titre par certaines maisons d’édition jusqu’à nos jours, comme marque et signe de reconnaissance de l’éditeur.

monogramme_carez
Monogramme de Joseph Carez (1787)
monogramme_magasin_de_librairie
Monogramme d’Au Magasin de Librairie (1797)
monogramme_didot
dépouillé : le monogramme de Pierre et Firmin Didot (1803)
monogramme_le_prieur
monogramme de Le Prieur (1812)
monogramme_chasseriau_libraire
Monogramme de Louis-Auguste-Adolphe Chasseriau (1822)
monogramme_le_normant
monogramme de Le Normant, repris par sa veuve (1845)
monogramme_ihs
IHS : monogramme ou plutôt christogramme (Jésus) employé ici pour signifier que le livre est édité « sous le signe » de la Compagnie de Jésus ou tout simplement de Jésus-Christ (livre religieux bien évidemment)

Pour se faire une bonne idée de la diversité des monogrammes et des marques on pourra consulter le Dictionnaire encyclopédique des marques et monogrammes, chiffres, lettres initiales, signes figuratifs… : contenant 12.156 marques, concernant les aquafortistes, architectes, armuriers… Paris : H. Laurens, [1893], 2 vol. in-4. L’ouvrage est disponible en ligne sur Gallica.

Sinon je vous invite à ouvrir les yeux là où vous habitez, vous trouverez peut-être des monogrammes comme celui-ci :

monogramme_porte_lyon
Imposte avec monogramme de l’ancien et heureux propriétaire de cet immeuble lyonnais (Jean-Baptiste Charbon). Inscription en latin extraite de Cicéron (« ce n’est pas la maison qui doit honorer le maître, c’est le maître qui doit honorer la maison. » Source : site de la ville de Lyon. Photo : Léo Mabmacien

Source utilisée :

Dictionnaire encyclopédique du livre. Tome 2, E-M. Paris : Editions du Cercle de la Librairie, 2005. ISBN 2-7654-0910-2

Articles sur BiblioMab consacrés aux marques typographiques :

Diversité des marques typographiques dans les livres anciens

Diversité des marques d’imprimeurs : l’exemple des Cramoisy

Les marques d’imprimeurs et de libraires dans les livres anciens

Léo Mabmacien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s